Crise au Gabon : Jean Ping, principal opposant d’Ali Bongo, appelle à une grève générale

0
220

5 jours après l’annonce de la victoire d’Ali Bongo dans la présidentielle au Gabon, le pays est entré dans une véritable crise politique. Ce lundi, Jean Ping, principal opposant à Ali Bongo, a appelé à une grève générale pour bloquer l’économie

Le leader de l’opposition gabonaise, Jean Ping, a appelé à une grève générale en signe de protestation contre le régime du président Ali Bongo, donné gagnant de l’élection présidentielle du mois dernier. Dans un communiqué publié ce lundi, Jean Ping, déclare : « pour protéger les vies humaines, je vous demande maintenant de ne pas recourir à la violence mais de résister en bloquant l’économie du pays ».

Dans son communiqué, le principal opposant d’Ali Bongo poursuit : « je vous suggère d’arrêter de travailler et d’entamer une grande grève générale. (…) Puisqu’Ali Bongo veut tuer les Gabonais, je déclare le Gabon pays mort. Nous ne participerons pas à l’économie en faveur de ce tyran ».

Jean

« L’ONU appelle au calme »

Un peu plutôt, Jean Ping avait annoncé que des douzaines de personnes avaient été tuées, des centaines, voire des milliers, blessées et des milliers d’autres interpellées par la police. La tension au Gabon a suscité la préoccupation de la communauté internationale. Ban Ki-moon, secrétaire-générale de l’ONU, avait appelé les deux candidats à faire cesser la violence.

Dans un communiqué, le secrétaire-général de l’ONU avait martelé : « le Secrétaire-général déplore les pertes humaines lors des manifestations au lendemain de la publication des résultats de la présidentielle et exprime sa préoccupation concernant les messages de violences notés ».

Pour rappel, la violence a éclaté au Gabon la semaine dernière après l’annonce de la Commission Electorale que le candidat Ali Bongo avait remporté les élections présidentielles avec 49,85% des voix contre 48,16% pour son principal Jean-Ping, ex chef de la Commission de l’Union Africaine.

Gabon

« Jean Ping parle de ‘coup électoral’ »

Les résultats ont immédiatement été rejetés par l’opposition gabonaise qui a dénoncé des irrégularités dans plusieurs bureaux de vote. Jean Ping avait lui aussi demandé un recomptage des voix. Ping avait qualifié les élections de « coup électoral » et accusé le camp Bongo de « fraude massive » dans la province d’Haut-Ogooue, fief du clan Bongo.

Ce n’est pas la première fois que le Gabon fait face à une telle instabilité politique. En 2009, plusieurs personnes avaient perdu leurs vies dans des manifestations violentes contre la nomination d’Ali Bongo pour succéder à son père, feu Omar Bongo qui a dirigé le pays pendant 42 ans. 05