Jérusalem : la tombe de Jésus-Christ ouverte pour la première fois depuis 500 ans

0
361
A picture shows the Tomb of Jesus, where his body is believed to have been laid, after it was exposed for the first time in centuries as part of conservation work done by the Greek team in Jerusalem on late on October 28, 2016. The experts from the National Technical University of Athens for cultural heritage preservation removed the marble slab stone that covered the original tomb since the last restoration of the edicule on 1810 by Greek architect Nikolaos Komnenos. The Church of the Holy Sepulchre in Jerusalems Old City is traditionally believed to be the site of Jesuss burial and attracts every year millions of pilgrims from all over the world. / AFP / GALI TIBBON (Photo credit should read GALI TIBBON/AFP/Getty Images)

Une tombe qui serait celle de Jésus-Christ a été ouverte ce lundi 31 octobre 2016 à Jérusalem pour la première fois depuis 500 ans

La tombe présumée de Jésus-Christ a été ouverte pour la première fois depuis 500 ans par des scientifiques qui ont eu pour mission de la restaurer. Une équipe de l’Université Technique Nationale d’Athènes a en effet réussi, lors d’un projet de conservation, à renforcer un sanctuaire qui entourait la tombe afin de pouvoir avoir accès à la fondation du sanctuaire du prophète.

La tombe, située dans l’église de Saint-Sépulcre dans la ville de Jérusalem, était couverte d’un placage vieux de 1555 ans après Jésus-Christ. D’après les chrétiens, après la crucifixion de Jésus-Christ par les Romans à l’an 30 ou 33, son corps reposait sur un « lit » ou plutôt une étagère.

« Ce sera une analyse scientifique très longue »

Dans la croyance chrétienne, Jésus est ressuscité après sa mort et les femmes qui sont venues pour consacrer son corps n’ont rien trouvé sur les lieux. L’étagère sur laquelle reposait le Christ après sa crucifixion est désormais entourée par une petite structure appelée Edicule.

« Le marbre qui couvre la tombe de Jésus-Christ a été retiré et nous avons été surpris par la quantité de garnissage retrouvée au-dessous. Ce sera une analyse scientifique très longue mais nous trouverons finalement la pierre originale sur laquelle reposait le corps du Christ, d’après la tradition », explique Fredrik Hiebert.

Selon l’Agence France-Presse (AFP), l’église grecque orthodoxe, l’église catholique romane et l’église orthodoxe arménienne ont toutes ensemble aménagé le site et reconnu en 1958 qu’il fallait une conservation. L’Agence France-Presse parle d’un montant de 4 millions de dollars pour financer la conservation du lieu.