Etats-Unis : de violentes manifestations éclatent dans le pays contre la victoire de Donald Trump

0
324

Ce jeudi 10 novembre 2016, de très fortes manifestations ont été organisées un peu partout aux Etats-Unis par des opposants au nouveau président Donald Trump. Les manifestations ont été émaillées de violence dans certains endroits du pays

La victoire de Donald Trump à la présidentielle américaine ne passe toujours pas. Ce jeudi, des veillées et des manifestations ont été organisées un peu partout aux Etats-Unis par des opposants au nouveau président du pays. Les médias américains rapportent que les manifestations ont été organisées dans de grandes villes telles que New York, Chicago ou encore Los Angeles.

Fait important. Des villes remportées par Donald Trump telles qu’Atlanta, Dallas et Kansas ont aussi vu déferler des vagues de manifestants déçus de la victoire du milliardaire Donald Trump. Le mouvement nommé « Not My President » (Pas Mon Président) a été largement suivi sur les réseaux sociaux.

« 6 000 manifestants à Oakland »

Rien que pour la ville d’Oakland, la police parle de 3 000 manifestants à 7 du matin à 6 000 une heure plus tard. Le mouvement a toutefois connu une série de violence. Des manifestants ont mis le feu dans certains endroits du pays et brisé des vitres. A Oakland, deux policiers ont été blessés et deux voitures de patrouille brûlées par des manifestants en colère.

A Los Angeles, des milliers de manifestants ont déferlé dans les rues. Certains ont mis le feu sur la tête de Trump dessinée sur un papier-mâché devant une mairie et d’autres ont peint à la bombe des mots insultants sur le mur du fameux journal Los Angeles Times y compris sur des voitures appartenant à des organisations. La police parle de l’arrestation de 15 personnes.

« Pas Mon Président » 

A New York, une immense foule s’est donné rendez-vous devant la Trump Tower qui appartient au nouveau président américain, située sur la 5ème Avenue. Ils scandaient : « Pas Mon Président », et « New York hait Trump ». D’autres portaient des pancartes sur lesquelles il était écrit : « Jetez Trump ». Selon le New York Times, des employés de restaurant se sont aussi joints à la manifestation de New York.

La déception des manifestants de Chicago est grande, comme le témoignent certains. « Je suis déçu, choqué, j’ai un peu peur pour mes amis et ma famille pour tout ce qui va se produire, la haine qui sera déclenchée », dit Marion Hill, 22 ans habitante de Chicago et qui a été interrogée par le Washington Post.

« Certains dénoncent le racisme de Trump »

D’autres dénoncent le racisme de Trump. C’est notamment le cas d’Emanuel Pérez, 25 ans d’origine mexicaine. « Je suis venu ici parce que les gens sont sortis manifester contre le racisme que Trump promeut. Je n’ai pas peur pour moi-même personnellement. Ce qui me fait peur c’est de voir combien d’enfants vont être séparés de leurs familles. Ce ne sera pas une seule famille. Mais, des milliers de familles », dénonce-t-il en espagnol.

Pour rappel, la victoire de Trump de ce jeudi 8 novembre 2016 risque de créer une très forte division au sein de la société américaine où cohabitent Blancs, Noirs, Hispaniques pendant plusieurs décennies. Avec son arrivée à la tête du pays, le nouveau président Donald Trump devra apaiser des tensions sociales qui ne font que commencer.