Conflit israélo-palestinien : Donald Trump promet de trouver un « accord de paix définitif »

0
4510

Donald Trump s’est exprimé sur le conflit entre Israël et la Palestine dans une interview accordée à Wall Street Journal, soulignant sa volonté de trouver un accord de paix définitif entre les deux parties

Le nouveau président américain, récemment élu à la tête des Etats-Unis, n’a pas attendu un seul instant pour inscrire le dossier israélo-palestinien sur son agenda. Dans une interview accordée à Wall Street Journal dans les heures qui ont suivi son élection, Donald Trump affirme vouloir mettre fin à ce conflit dès son investiture en janvier.

Dans l’interview, Trump déclare : « ce sera le dernier accord de paix ». En se référant au conflit israélo-palestinien, Donald Trump parle d’une « guerre qui ne finit jamais ». Il ajoutera : « en tant que négociateur, j’aimerais trouver l’accord…qui n’a jamais été trouvé. Et de le trouver pour l’amour de l’humanité ».

« Israël et le peuple juif le méritent »

Au lendemain de son élection, il n’a pas hésité à s’exprimer sur le dossier israélo-palestinien. « Je crois que mon administration joue un important rôle en aidant les deux parties à trouver un accord juste et durable, un accord qui sera le fruit de négociations entre les deux parties elles-mêmes et non pas à travers des conditions imposées par des éléments extérieurs. Israël et le peuple juif le méritent », dira Donald Trump.

Tout au long de sa campagne, Donald Trump s’est montré neutre lorsqu’il s’agit de s’exprimer sur le conflit israélo-palestinien, avec toutefois un petit penchant pour Israël, promettant de transférer l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem. Il avait aussi fait savoir qu’il n’accepterait aucun accord qui interdirait à Israël de mettre fin à l’occupation.

« La victoire de Trump accueillie avec joie par la droite israélienne »

Donald Trump, qui sera investi à la tête des Etats-Unis ce 20 janvier 2017, avait déclaré lors de sa campagne qu’il reconnaîtrait Jérusalem en tant que capitale d’Israël, tout en critiquant fermement la décision prise par UNESCO qui a récemment nié tout lien entre Jérusalem et le mont du Temple.

Rappelons qu’au lendemain de sa victoire à la présidentielle face à Hillary Clinton, Donald Trump avait invité Benjamin Netanyahou, premier ministre israélien, à venir le rencontrer aux Etats-Unis dès que possible. En Israël, la droite a accueilli avec joie la victoire de Trump espérant que sa présidence mettra fin à l’animosité qui existe entre l’administration de Netanyahou et celle de Barack Obama.