Élections en Gambie : 9 jours après, Yaya Jammeh refuse d’accepter sa défaite

0
1173

Une semaine après avoir reconnu sa défaite à la présidentielle, Yaya Jammeh revient sur sa parole. Dans une allocution adressée à ses concitoyens ce vendredi 9 décembre, il refuse catégoriquement de reconnaître la victoire d’Adama Barrow

A quoi joue vraiment Yaya Jammeh ? Une semaine après avoir publiquement reconnu sa défaite face à son principal rival, Adama Barrow, Yaya Jammeh vient de faire deux pas en arrière. Dans une allocution diffusée par la chaîne d’Etat gambienne, le dictateur refuse d’admettre sa défaite et parle de fraude.

Dans son allocution, il dira : « après avoir accepté les résultats, le président de la commission électorale a fait savoir que les calculs de l’élection présidentielle de 2016 dans les 53 circonscriptions ont été corrects. J’ajoute que les résultats des élections régionales ont aussi été corrects à Banjul et dans les régions basses. Toutefois, au moment où le comptage des voix par région a été effectué, certains chiffres ont été transposés par erreur ».

« Je répète, je n’accepte pas les résultats compte tenu de ce qui s’est passé »

Yaya Jammeh ajoute : « au lieu d’ajouter le chiffre total des votes obtenus par Adama Barrow en région basse administration, la commission électorale a rajouté le nombre total des votes obtenus de la région basse administrative au nombre de votes total d’Adama Barrow, gonflant ainsi son score au niveau national. Cette erreur a été affectée de nombreux candidats avant d’être corrigée ».

Yaya Jammeh poursuit : « un autre fait sans précédent lors des 22 années durant lesquelles j’ai été au pouvoir est que tous les partis politiques ont été appelés au siège de la commission électorale ce lundi pour les informer qu’il y a eu des erreurs commises non pas par les électeurs, mais par la commission elle-même, ce qui est inacceptable ».

Pour le dictateur, il est alors hors de question d’accepter le résultat de la présidentielle. « Sur cette note, je vais dire clairement que de la même façon que j’ai accepté fidèlement les résultats, croyant que la commission était indépendante, honnête et digne de confiance, je rejette totalement les résultats. Je répète, je n’accepte pas les résultats compte tenu de ce qui s’est passé ».

Dans son discours, Yaya Jammeh évoque des tentatives de fourvoyer certains électeurs. « Nos investigations nous ont montré que dans certains cas, on a dit aux électeurs que l’opposition avait déjà remporté les élections et que donc il n’était plus nécessaire pour eux d’aller voter. Et en colère, certains sont retournés chez eux », dénonce-t-il.

« Yaya Jammeh n’a pas le droit d’invalider les résultats des élections »

La décision de Yaya Jammeh de ne plus reconnaître la victoire de son principal rival a immédiatement suscité une vague de réactions à l’international. L’Union Africaine qualifie ses déclarations de « nul et non aveu ». « La présidente de la commission exige fermement que le président Yaya Jammeh facilite un transfert du pouvoir pacifique et non violent », a martelé Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la commission de l’Union Africaine.

Adama Barrow, donné vainqueur de la présidentielle, persiste et signe. Il assume sa victoire. Face à la presse ce vendredi, il a clairement affirmé : « je suis le président, Yaya Jammeh n’a pas le droit d’invalider les résultats des élections ». Le nouveau président confie à la presse qu’il se prononcera sur cette question le moment venu.

La réaction inattendue de Yaya Jammeh risque-t-elle de fomenter une guerre civile en Gambie ? Seul l’avenir nous le dira.