Erdogan : « nous avons des preuves que les Etats-Unis soutiennent Etat Islamique »

0
471

Recep Tayyip Erdogan, actuel président de la Turquie, a ouvertement accusé les forces de la coalition dirigées par les Etats-Unis de soutenir des groupes terroristes dont l’Etat Islamique. Des accusations immédiatement rejetées par le Département d’Etat américain dans un communiqué

Erdogan est-il allé trop loin ? Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, accuse ouvertement les forces de la coalition dirigées par les Etats-Unis de soutenir le groupe terroriste Etat Islamique et les forces syriennes kurdes. Lors d’une conférence de presse ce mardi 27 décembre, Erdogan ne s’y est pas allé de main morte.

« Elles (les forces de la coalition anti-Etat Islamique) nous accusaient de soutenir Daesh. Maintenant, elles ont toutes disparu et elles soutiennent des groupes terroristes, dont Daesh, YPG et PYD. C’est très clair. Nous avons des preuves avec des images, des photos et des vidéos ».

« Les forces de la coalition ne respectent malheureusement pas leurs promesses »

En effet, la Turquie a toujours considéré le PYD (Parti de l’Union Démocratique Kurde Syrienne) et sa branche militaire, YPG (Unité de Protection du Peuple) comme des organisations terroristes en raison de leurs liens avec le PKK (Partis Travaillistes Kurdistan) que la Turquie combat depuis les années 1980.

Erdogan accuse aussi les forces de la coalition de ne pas avoir soutenu la Turquie dans sa campagne pour libérer la ville d’Al-Bab, située dans le nord de la Syrie. « Les forces de la coalition ne respectent malheureusement pas leurs promesses », dénonce-t-il, ajoutant que ces mêmes forces jouent un rôle différent que celui qu’elles étaient sensées jouer au début.

Les accusations brandies par Erdogan risquent de susciter la colère des Etats-Unis qui ont toujours souligné l’importance de s’allier à l’YPG et le PYD dans leur lutte contre l’Etat Islamique en Syrie. Toutefois, les Etats-Unis et l’Union Européenne considèrent le PKK comme une organisation terroriste.

« Le Département d’Etat parle d’une information insensée »

Un peu plus tard dans la journée, les Etats-Unis n’ont pas tardé à réagir. Le Département d’Etat américain parle d’ « accusations « insensées ». Dans un communiqué publié ce mardi 27 décembre par le Département d’Etat, Mark Toner, porte-parole du Département, s’est senti indigné. « C’est insensé. Je ne sais pas d’où sortent ces informations », se demande-t-il.

Mark Toner ajoute : « nous avons fourni du soutien logistique aux forces démocratiques syriennes. Ce n’est pas une surprise. Nous avons été très transparents par rapport à cela. Cela nous aide à atteindre nos objectifs de combattre Daesh. Les forces démocratiques syriennes, comme nous l’avons dit plusieurs fois, ont montré leur capacité dans la lutte contre Daesh. Et notre soutien à eux continuera ».

LAISSER UN COMMENTAIRE