Résolution à l’ONU sur la colonisation juive : la Grande-Bretagne déclare la guerre aux Etats-Unis

0
5975

Ce vendredi 30 décembre 2016, Theresa May, première ministre de la Grande-Bretagne, s’est durement attaquée à John Kerry qui a fustigé la colonisation israélienne en Cisjordanie. La première ministre britannique regrette que l’administration Obama se soit uniquement focalisée sur la question de la colonisation pour tenter d’apporter une solution au conflit israélo-palestinien

48 heures après le discours de John Kerry sur la colonisation juive en « territoires palestiniens occupés », c’est autour de Theresa May, actuelle première ministre britannique, de mettre son grain de sel dans ce sujet qui défraie la chronique depuis le 23 décembre, date à laquelle 14 membres du Conseil de Sécurité de l’ONU avaient voté pour la fin de la colonisation juive en Cisjordanie.

En effet, une véritable guerre des mots a eu lieu ce vendredi entre la Première ministre britannique et l’administration Obama. Ce vendredi, le porte-parole de Theresa May a déclaré : « Nous ne croyons pas que le moyen de négocier la paix consiste seulement à se focaliser sur un sujet, dans ce cas la colonisation lorsqu’on sait que le conflit israélo-palestinien est profondément complexe ».

« La Grande-Bretagne juge illégale la colonisation »

Le porte-parole ajoute : « nous ne croyons pas que c’est approprié de s’attaquer à la composition du gouvernement démocratiquement élu d’un pays allié. Le gouvernement (britannique) croit que les négociations ne réussiront que lorsqu’elles seront conduites par les deux parties avec le soutien de la communauté internationale ».

Le porte-parole ajoute que « le gouvernement britannique continue de croire que la seule voie à une paix durable au Moyen-Orient est à travers une solution à deux Etats ». Toutefois, le gouvernement britannique reste clair et précis. Il juge « illégale » la colonisation juive en « territoires palestiniens occupés ».

La réponse du berger à la bergère. Le Département d’Etat américain n’a pas hésité à réagir. Dans un communiqué du porte-parole de John Kerry, on pouvait lire : « nous sommes reconnaissants envers les pays qui ont accueilli les déclarations de John Kerry ». Le communiqué cite la France, l’Allemagne, le Canada, la Jordanie, la Turquie, l’Arabie Saoudite, le Qatar, les Emirats Arabes Unis parmi tant d’autres.

« Nous sommes surpris par les déclarations du bureau de Theresa May »

Le communiqué poursuit : « nous sommes surpris par les déclarations du bureau de la Première ministre britannique, étant donné que les propos de John Kerry (qui a largement évoqué les menaces d’une solution à un seul Etat que sont le terrorisme, la violence, l’incitation à la violence, la colonisation) étaient en droite ligne avec la politique de la Grande-Bretagne et son vote aux Nations-Unies la semaine dernière ».

Rappelons que le vote de la résolution 2334 de l’ONU au Conseil de Sécurité ce 23 décembre 2016 avait suscité une violente réaction du gouvernement israélien de Benjamin Netanyahou. Pour protester contre ce vote, le premier ministre israélien avait rappelé 12 de ses ambassadeurs et avait annoncé la fin de tout programme d’aide destiné au Sénégal et à l’Angola.