L’agence Moody’s condamnée à 864 millions de dollars pour avoir créé la crise financière de 2008

0
1162

L’agence de notation Moody’s a accepté ce vendredi 13 janvier 2017 de payer une amende de 864 millions de dollars pour avoir gonflé la note de sociétés de crédit immobiliers. Une situation qui avait provoqué la grave crise financière de 2008

L’agence de notation Moody’s a accepté de payer un montant de 864 millions de dollars pour mettre fin à un litige suite à des plaintes déposées contre elle pour avoir gonflé la note de sociétés de crédit immobilier. D’après Cbsnews, les faits remontent à quelques années avant la crise financière de 2008.

La fin du litige a été annoncée ce vendredi. Un contrat a été signé entre Moody’s, le Département de la Justice et les procureurs généraux de 21 Etats et de Washington. D’après Cbsnews, 437,5 millions de dollars iront au Département américain de la Justice et les 21 Etats y compris Washington se partageront 426,3 millions.

« Moody’s a en effet reconnu avoir utilisé des normes très légères »

Dans l’accord signé, la deuxième agence de notation du monde a en effet reconnu ne pas avoir suivi ses normes en matière de notation, en octroyant des notes à des sociétés de crédit immobilier. Le système avait élargi le risque de défauts dans les emprunts hypothécaires dans toutes les banques du monde. Cette situation avait mené à l’effondrement du système financier en 2008.

Cette situation avait eu des conséquences drastiques car ayant fait exploser les marchés immobiliers dans plusieurs pays et déclenché la pire récession que le monde ait connue depuis la crise économique des années 29. Moody’s a en effet reconnu avoir utilisé des normes très légères pour certaines sociétés.

« Moody’s s’engage à entreprendre des réformes »

Sous le nouvel accord signé, Moody’s s’engage à entreprendre des réformes destinées à rendre ses notations plus objectives. Elle a aussi décidé de séparer les fonctions de notations pour les entreprises commerciales et les sociétés de crédit. Elle s’engage à s’assurer que ses méthodes de notations soient revues de manière indépendante et que ces employés soient compensés selon les performances financières de Moody’s.

Cet accord intervient deux ans après que la plus grande agence de notation du monde, Standard & Poor’s, avait à son tour accepté de payer 1,4 milliard de dollars pour mettre fin à des accusations similaires de la part du Département de Justice, de 19 Etats américains y compris Washington.