Un diplomate nord-coréen prédit que le régime de Kim-Jung Un est au bord de l’effondrement

1
749

Thae Yong-Un, transfuge nord-coréen, a confié dans une conférence de presse tenue ce mercredi 25 janvier 2017 à Seoul, dans la capitale de la Corée du Sud, que le régime nord-coréen dirigé par Kim-Jong Un est au bord de l’effondrement

Les jours du dictateur nord-coréen seraient-ils comptés ? C’est en tout cas ce que confie une haute autorité du régime qui a fait défection l’année dernière. Ce mercredi, Thae Yong-ho, transfuge nord-coréen, a fait savoir que les jours du régime sont comptés et que sa tentative de contrôler l’information en provenance de l’étranger ne fonctionnait plus à cause de la corruption et du mécontentement de la population.

Dans une conférence de presse tenue à Seoul dans la capitale de la Corée du Sud, il prédit plus de défections. « Je suis sûr que plus de défections de mes collègues auront lieu, puisque la Corée du Nord est déjà dans une pente glissante. Les structures traditionnelles du système nord-coréen sont en train de s’effondrer », prévient-il.

« Les jours de Kim-Jung Un sont comptés »

Durant la conférence de presse, le transfuge nord-coréen a assuré que les jours du régime sont comptés. « Les jours de Kim-Jung Un sont comptés », martèle-t-il. Pour Thae Yong-Un, un autre signe de la perte de contrôle du régime est à chercher au niveau des marchés non officiels du pays où les femmes vendent des produits, le plus souvent de la contrefaçon en provenance de la Chine.

Thae Yong-Un ajoute que ces femmes étaient appelées avant des « sauterelles » car elles prenaient la fuite dès qu’elles voyaient venir la police. Aujourd’hui, le constat est totalement différent. On les appelle des « tiques » car elles refusent de céder, exigeant leur droit de gagner leur vie. Thae Yong-Un juge que cette résistance, même insignifiante, est sans précédent.

Le transfuge ajoute que des mouvements de protestations deviennent plus en plus fréquents dans le pays. « De la dissidence à bas niveau et des critiques adressées au régime, impensable jusqu’à maintenant, deviennent de plus en plus fréquents », confie l’homme qui avait fui la Corée du Nord en 2016.

« Je devais leur dire la vérité »

Durant la conférence, Thae Yong-Un en a profité pour expliquer les raisons de sa défection. Il confie que la cause vient de ses deux fils qui sont à l’université. Il raconte qu’après son arrivée à Londres, ses enfants lui ont demandé pourquoi la Corée du Nord n’autorise pas internet, pourquoi il n’y avait pas de système judiciaire dans le pays et pourquoi les autorités sont exécutées sans être jugées.

Il confie que ses enfants se sont fait railler par leurs amis britanniques sur le système politique nord-coréen et sur leurs coupes de cheveux. « Ceci a apporté un débat dans ma famille. Mes enfants continuaient de demander pourquoi et je devais leur dire la vérité », confie-t-il.

Rappelons que Thae Yong-Un avait été le diplomate nord-coréen N°2 à Londres jusqu’à sa fuite vers la Corée du Sud l’été dernier avec sa famille. Depuis décembre, il a accordé une série d’interviews à plusieurs médias pour partager sa vision désespérée de ce qu’est la Corée du Nord aujourd’hui.

1 COMMENTAIRE