Détournement de fonds : Fillon a encaissé « secrètement » deux chèques entre 2005 et 2007

0
878

Une semaine après les révélations de Canard Enchaîné qui accuse Fillon d’avoir rémunéré sa femme sans que celle-ci n’ait exercé aucune activité, c’est autour de Mediapart d’enfoncer le clou. Le journal d’investigation accuse François Fillon d’avoir encaissé « secrètement » deux chèques entre 2005 et 2007

François Fillon est-il fini ? Une nouvelle révélation de Mediapart pourrait cette fois-ci mettre le candidat de droite KO. Une semaine après les révélations de Canard Enchaîné selon lesquelles Penelope Fillon, femme du candidat LR à la présidentielle, a reçu 831 000 euros alors qu’il est impossible de prouver qu’elle a exécuté une quelconque activité pour son mari, c’est autour de Mediapart d’achever François Fillon.

Le journal d’investigation français a en effet révélé ce samedi que François Fillon a « secrètement » encaissé des chèques. Les faits remontent entre 2005 et 2007. A cette époque, François Fillon siégeait au Sénat. Dans le document de Mediapart intitulé « Argent public détourné au Sénat, les chèques secrets de Fillon »,  le journal d’investigation parle de deux chèques d’un montant de  3 221, 73 euros et 3 205,41 euros.

Mediapart affirme avoir obtenu le document le 28 janvier 2017. Dans la presse française, ‘on parle carrément de détournement public, étant donné que cet argent devait servir à rémunérer des assistants parlementaires et en aucun cas des Sénateurs. Dans un twitte publié ce samedi, Edwyn Pleyel, patron de Mediapart, écrivait : « l’affaire Fillon, c’est tout un système ».

« Un réseau de détournement de fonds publics au sein de l’UMP »

En effet, il s’agit d’un véritable réseau de détournement de fonds publics dans lequel le parti UMP est impliqué jusqu’à la moelle. D’après 20 minutes, qui cite Mediapart, l’argent « correspond à des commissions occultes ponctionnées sur l’enveloppe ». La pratique était baptisée « ristourne » et était généralisée au sein du groupe UMP du palais de Luxembourg.

D’après 20 minutes, cette pratique consistait à récupérer les sommes non utilisées sur les quelque 7 500 euros que perçoit mensuellement chaque sénateur pour la rémunération des assistants. L’argent devait normalement aller dans les caisses de l’Etat, mais était perverti côté UMP. D’après Mediapart, des élus de la chambre haute récupéraient cet argent « en douce ».

« Fillon a pu obtenir près de 25 000 euros »

BFMTV révélé un fait gravissime en lien avec cette affaire : aucune date, ni aucun lieu ne figurent sur le document, un procédé qui, effectivement « exigeait souplesse et discrétion ». BFMTV ajoute que François Fillon a obtenu 7 chèques d’une valeur de 3 000 euros. En tout, le candidat des LR a pu obtenir près de 25 000 euros. Mediapart n’a publié que deux chèques pour le moment.

Cette nouvelle révélation de Mediapart est sans aucun doute celle qui fera tomber François Fillon en chute libre dans les sondages et de plus en plus isolé par son propre camp. Alors que le candidat tente de résister, l’hypothèse de sa succession est déjà envisagée. Fillon, qui avait le vent en poupe il y deux semaines, ne fait désormais plus l’unanimité.