Suisse : 59% de la population est favorable à une naturalisation facilitée

1
1598

Les Suisses ont approuvé ce dimanche 12 février la loi prévoyant de faciliter l’obtention de la nationalité aux étrangers de 3ème génération. Un sondage publié ce dimanche montre que 59% des Suisses ont voté « Oui »

La Suisse allège l’obtention de la nationalité pour les étrangers de 3ème génération. Le vote a eu lieu ce dimanche 12 février 2017 dans un contexte difficile marqué par l’islamophobie. Les votes ont été clôturés à midi sur les 26 cantons du pays. Les premiers résultats ont été déjà publiés.

D’après le média suisse, Swissinfo.ch, le « Oui » est donné favori. Les prévisions de Swissinfo ont été confirmées plus tard par 24heures.ch qui parle d’une victoire du « OUI » à 59%. 24heures.ch fournit plus de détails sur ce vote. D’après le média suisse, le « Non » l’a remporté à Obwald (53,6%), à Uri (53,5%) et à Glaris (50,4%).

« A Genève, 73,9% ont voté en faveur de la proposition »

Le canton de Glaris a été une grosse surprise car en 2004, 70,5% de la population s’était opposée à ce que l’obtention de la nationalité soit facilitée aux étrangers de 3ème génération. 24heures.ch confirme que le « Oui » l’emportera quelle que soit l’issue du vote. 5 cantons ont en effet voté en faveur de la proposition.

Nidwald (50,4%) ; Schaffhouse (53,3%) ; Soleure (54,5%) ; Lucerne (56,5%) et Grisons (57,3%). La ville de Genève a enregistré une victoire écrasante de 73,9%. A Zurich, ils ont été 62,4% à approuver la proposition et 66,4% à Bâle-Ville. Il est important de noter que la loi d’application est très restrictive.

« Les candidats à la citoyenneté suisse doivent être âgés entre 9 et 25 ans »

D’après Swissinfo, les candidats à la citoyenneté suisse doivent être âgés entre 9 et 25 ans. Ils doivent faire une demande formelle auprès du gouvernement. Les candidats doivent être nés dans le territoire helvétique et être scolarisés pendant au moins 5 ans dans une école suisse. En outre, ils doivent disposer d’un titre de séjour en règle.

Les parents doivent aussi remplir des critères. Ils doivent séjourner en Suisse pendant au moins 10 ans. D’après 24heures.ch, un grand-parent devra être né en Suisse ou y avoir eu un droit de séjour établi de manière crédible. 24heures.ch ajoute qu’aucune demande ne pourra être déposée après l’âge de 25 ans afin d’éviter que certains parents ne contournent les services militaires à leurs enfants.

« Des conditions strictes aux candidats »

Les personnes âgées entre 26 ans et 35 ans au moment de l’entrée en vigueur de la loi auront cinq ans pour déposer une requête, souligne 24heures.ch. D’après Swissinfo, environ 24 000 personnes qui pourraient candidater pour la nationalité suisse sont d’origine Italienne, Espagnole et Portugaise.

La proposition est loin de faire l’unanimité. Certains craignent en effet que la nationalité soit facilement accessible aux islamistes. « Dans une ou deux générations, qui seront les étrangers de 3ème génération ? Ils seront nés durant le printemps arabe, ils viendront de l’Afrique subsaharienne, de la Corne de l’Afrique, de la Syrie ou l’Afghanistan », dénonce Jean-Luc Addor, membre de l’Union Démocrate du Centre, parti d’Extrême-droite qui s’oppose à la proposition.

1 COMMENTAIRE