USA : le Conseiller à la Sécurité Nationale démissionne à cause de ses liens avec la Russie

0
433

Michael Flynn, Conseiller de Trump à la Sécurité Nationale, a démissionné ce lundi 13 février. La démission a été confirmée ce mardi par la Maison Blanche

Michael Flynn a rendu le tablier. Le Conseiller à la Sécurité Nationale de Donald Trump a présenté sa démission ce mardi 13 février. Pour le moment, les véritables raisons de sa démission ne sont pas encore précisées. Mais dans la presse, on évoque ses liens avec l’ambassadeur de Russie à Washington.

Michael Flynn a tenu à adresser une lettre dans laquelle il s’explique de sa décision. « Dans ma mission en tant que Conseiller à la Sécurité Nationale, je me suis entretenu au téléphone avec des collègues étrangers, des ministres et des ambassadeurs. Ces appels avaient pour but de faciliter une douce transition et de commencer à construire les relations nécessaires entre le Président, les Conseillers et les dirigeants internationaux », écrit Flynn.

« J’ai sincèrement présenté mes excuses au Président et au Vice-Président »

« Malheureusement, en raison de la rapidité des événements, j’ai, par inadvertance, briefé le Vice-président et les autres avec des informations incomplètes concernant mon appel téléphonique à l’ambassadeur Russe. J’ai sincèrement présenté mes excuses au Président et au Vice-Président et ils les ont acceptées », a-t-il poursuivi dans sa lettre intégralement publiée par CNN.

D’après Washington Post, la démission de Michael Flynn intervient à la suite d’une accusation en provenance du ministère de la Justice qui avait alerté la Maison Blanche que le Conseiller à la Sécurité Nationale avait menti aux autorités, en leur expliquant ses communications avec l’ambassadeur russe aux Etats-Unis. Flynn est en effet accusé d’avoir discuté avec l’ambassadeur russe des sanctions imposées à la Russie par les Etats-Unis.

Michael Flynn avait catégoriquement nié les accusations et l’affaire, révélée par les médias, était devenue un sujet de préoccupation majeure à la Maison Blanche. « Nous y travaillons depuis des semaines », avait d’ailleurs martelé une haute autorité de la Maison Blanche qui réagissait sur cette affaire.

« Des contacts qui ont été confirmés par Kislyak »

D’après Washington Post qui avait révélé cette affaire, Michael Flynn était en contact avec l’ambassadeur russe, Sergey Ivanovich Kislyak, depuis plusieurs années. Flynn a lui-même reconnu avoir rencontré Kyslyak pour la première fois en 2013. A cette époque, il (Flynn) était le Directeur de DIA (Defense Intelligence Agency).

D’après les autorités américaines qui se basent sur des rapports des services de renseignement américains, les deux hommes étaient en contact pendant la campagne présidentielle de 2016 et même après la victoire de Trump lors des élections présidentielles de ce 8 novembre 2016.

Des contacts qui ont été confirmés par Kyslyak qui a néanmoins refusé catégoriquement de se prononcer sur les sujets abordés avec le Conseiller américain à la Sécurité Nationale. D’après Sally Yates qui a démissionné de son poste au ministère de la Justice il y a deux semaines, les communications entre les deux hommes ont surgi quelques jours avant qu’Obama n’expulse 35 diplomates russes des Etats-Unis.

« Violation du Logan Act ? »

Sally Yates et les services de renseignement avaient en effet considéré que Michael Flynn, en abordant des sujets sensibles avec l’ambassadeur russe, était en train de violer le Logan Act, une loi qui interdit aux citoyens américains d’interférer dans les querelles diplomatiques avec un autre pays.

L’administration Trump avait jusque-là tenté le calmer le jeu, soulignant que les deux hommes n’ont abordé aucun sujet concernant les sanctions. Poussé à la sortie, Michael  Flynn a tout bonnement décidé de tirer son épingle du jeu.