Exclusive : voici comment la CIA a espionné les élections présidentielles françaises de 2012

0
679

Wikileaks a révélé ce jeudi 16 février 2016 que la CIA a bien espionné la campagne présidentielle de 2012 et les différents candidats qui étaient en lice lors de cette élection. L’espionnage s’est poursuivi bien après l’élection de François Hollande en tant que président de la France

Une information de taille. Au moment où les Etats-Unis accusent la Russie d’avoir piraté les élections présidentielles américaines du 8 novembre dernier, Wikileaks vient de faire une révélation qui risque de susciter une grosse polémique. Ce jeudi 16 février, le lanceur d’alerte a en effet fait état d’un espionnage des élections françaises de 2012 par la CIA.

Dans un communiqué publié sur son site et intitulé « La lettre de mission de la CIA pour l’élection présidentielle de 2012 », Wikileaks révèle que tous les candidats à l’élection présidentielle de 2012 ont été visés par des espions humains et électroniques de l’agence CIA.

« 5 personnalités françaises espionnées »

Wikileaks cite des cibles spécifiques. Ces cibles sont le Parti Socialiste, le Front National et l’UMP. Les personnes ciblées par la CIA ont été François Hollande, Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy, Martine Aubry et Dominique Strauss-Khan. D’après Wikileaks, l’objectif principal de la CIA était d’obtenir les Stratégies du Parti UMP pour les élections 2012.

Le service de renseignement américain s’est ainsi focalisé sur les divisions et alliances de l’UMP, sur les réactions privées des membres de ce parti concernant les stratégies de campagne, les discussions au sein même du parti UMP où les dirigeants craignaient de perdre de leur influence à la fin des élections et les efforts de changer la mission idéologique du parti.

« Découvrir les avis de Sarkozy sur les autres candidats »

D’après Wikileaks, la CIA avait reçu des ordres spécifiques consistant à découvrir les avis de Sarkozy sur les « autres candidats » ainsi que la manière dont il a interagi avec ses conseillers. L’ordre de mission « Plan stratégique électoral des candidats et des partis politiques de l’opposition » qui a visé François Hollande, Marine Le Pen et les figures de l’opposition était d’obtenir les stratégies des partis d’opposition pour l’élection, des informations sur des dynamiques internes des partis et sur les dirigeants qui avaient le vent en poupe.

Ce n’était pas tout. Wikileaks révèle que la CIA cherchait aussi à obtenir des informations concernant des efforts des partis d’opposition à influencer et à mettre en place des décisions politiques, les soutiens locaux qu’ils ont reçus, leurs points de vue sur les Etats-Unis, les efforts de nouer des relations avec d’autres pays dont l’Allemagne, la Libye, Israël, la Palestine, la Syrie et la Côte d’Ivoire, mais aussi sur leur financement.

« 9 mois d’espionnage »

D’après Wikileaks, l’ordre de mission avait aussi pour but d’obtenir les avis des candidats concernant la crise économique de la zone euro, leur position concernant la dette grecque, le rôle de la France et de l’Allemagne dans la gestion de la crise grecque, la vulnérabilité du gouvernement français et des banques française sur le défaut de paiement de la Grèce ainsi que leurs décisions pour faire face à la dette grecque.

L’ordre de mission de la CIA a été publié ce mardi. Il s’agit d’un document classé qui souligne que les informations collectées  servent à soutenir les activités de la CIA, le bureau européen de la DIA (Defense Intelligence Service). Wikileaks ajoute que l’opération de la CIA pour espionner les élections américaines a duré 9 mois, du 21 novembre 2011 au 29 septembre 2012. L’opération s’est poursuivie bien après l’arrivée de François Hollande à l’Elysées.

Pour lire le document de Wikileaks, cliquez ici : Wikileaks.org