Secrétaire américain à la défense : « nous ne sommes pas en Irak pour prendre le pétrole »

0
621

Ce lundi, en visite en Irak, le Secrétaire américain à la défense, James Mattis, a fait savoir que les Etats-Unis n’étaient pas intéressés par le pétrole irakien, contrairement aux propos de Donald Trump qui, en janvier dernier, déclarait que si les Etats-Unis avaient pris le contrôle du pétrole, Etat Islamique n’aurait pas vu le jour

Ce lundi, le Secrétaire américain à la défense, James Mattis, a insisté sur le fait que les Etats-Unis n’étaient pas en Irak pour le pétrole. Les propos du Secrétaire américain à la défense ont été faits lors d’une visite surprise qui l’a mené en Irak et durant laquelle il a rencontré les troupes américaines sur place.

« Je pense que chacun d’entre nous ici dans cette salle, chacun d’entre nous aux Etats-Unis a déjà payé le gaz et l’électricité et je suis sûr que nous continuerons à le faire dans les années à venir. Nous ne sommes pas en Irak pour prendre le pétrole de personne », souligne James Mattis.

« Nous aurions dû garder le pétrole quand nous avons quitté le pays »

Les déclarations prononcées par James Mattis contrastent avec ceux de Donald Trump qui, en Janvier dernier, avait affirmé dans une interview que les Etats-Unis auraient dû conserver le pétrole irakien pour éviter la naissance de l’Etat Islamique, groupe terrorisme qui se finance en grande partie grâce aux revenus du pétrole.

« Nous aurions dû garder le pétrole quand nous avons quitté le pays. Et vous savez quoi, c’est très intéressant. Si nous avions pris le pétrole, il n’y aurait pas eu Etat Islamique parce qu’ils se financent avec le pétrole. C’est là où ils se font de l’argent », avait confié Donald Trump interrogé par ABC NEWS.

Les propos de Trump avaient immédiatement suscité la réaction de Haider Al-Abadi, premier ministre irakien qui avait rappelé le président américain à l’ordre, déclarant : « le pétrole appartient aux Irakiens seulement ». Ce lundi, James Mattis s’est aussi prononcé sur le décret signé par Trump et qui interdit les citoyens de 7 pays musulmans dont l’Irak d’entrer aux Etats-Unis.

« Deux semaines pour soumettre à Trump une stratégie contre Daesh »

Le Secrétaire américain à la défense a assuré les soldats irakiens ayant combattu au côté des troupes américaines en Irak qu’ils ne seront pas touchés par ce décret. D’après USA TODAY, l’objectif principal de James Mattis lors de cette visite sera de discuter des opérations militaires avec les différents commandants sur le terrain.

James Mattis n’a plus que deux semaines pour envoyer au président Donald Trump une stratégie pour accélérer la lutte contre le groupe Etat Islamique en Irak. Ce lundi, les forces irakiennes ont d’ailleurs commencé leurs opérations pour booter Etat Islamique hors de la ville de Mossoul.