Présidentielle : Marine Le Pen promet une consultation sur l’obtention de la nationalité

0
2283

Dans un discours prononcé ce lundi 13 mars 2017 aux Salons Hoche dans le 8ème arrondissement de Paris, Marine Le Pen, chef de file du Front National, a remis la question de la citoyenneté au cœur de sa campagne. Elle promet d’organiser une consultation sur la nationalité française une fois élue à la tête du pays

A quelques semaines d’une présidentielle cruciale pour la France, les partis politiques affûtent leurs programmes pour gagner la confiance d’électeurs indécis. Et le Front National n’est pas en reste. Ce lundi, Marine Le Pen, chef de file du parti, a animé une conférence sur un thème qui lui est cher : « la citoyenneté ».

« La citoyenneté n’est pas à vendre. Elle fait partie des choses qui ne se vendent, ni se paient et qui, dans toute société, valent plus que ce qui se vend et se paie sur prix. (…) La politique de citoyenneté c’est garantir à toutes les Françaises, à tous les Français qu’ils ne seront pas laissés sur le bord du chemin, qu’ils ne seront pas sacrifiés à des intérêts étrangers, qu’ils ne seront pas concurrencés par d’autres ».

« L’ennemi de la France, ce n’est pas le migrant »

Dans son discours, Marine Le Pen s’est durement attaquée à la mondialisation qu’elle accuse de réduire « la personne à son marché ». « L’ennemi de la France, ce n’est pas le migrant, ce ne sont pas ces flux de réfugiés qui errent entre des frontières incertaines qui, trop souvent, sont victimes de guerres injustes déclenchées de très loin, sous prétexte d’importer la démocratie ».

Le chef de file du Front National joue la carte du patriotisme. « Tous les Français n’ont pas des Gaulois pour ancêtres, mais tous ont en partage la République et sa devise, le sacrifice des tranchées et la résistance au nom de la patrie. La première condition d’une citoyenneté exigeante et créatrice d’unité nationale, c’est la représentativité nationale », martèle-t-elle.

« Être français, avoir la France en commun est une richesse »

« Être français, avoir la France en commun est une richesse. (…) Toutes celles, tous ceux qui sont des Français doivent savoir que la France est avec eux, que la France ne les abandonnera pas, que c’est une distinction, c’est une grande chose et que c’est un engagement que d’être Français », dira Marine Le Pen.

« Qu’on ne vienne pas me dire que c’est le hasard de la naissance qui fait que l’on est Français. Dans leur immense majorité, celles et ceux qui sont Français le sont parce que leurs parents étaient Français, parce que leurs parents ont travaillé, souffert et construit la France pour leurs enfants et pour les enfants de leurs enfants », ajoute-t-elle.

« J’engagerai une consultation nationale »

Pour Marine Le Pen, respecter la France est une condition sine qua non. « Devenir Français signifie l’acceptation explicite de principes, de règles et de lois qui sont ceux de la France et qui déterminent la citoyenneté française. Le refus de ces règles pour des raisons religieuses, morales, politiques est tout à fait respectable quand il signifie le refus de la nationalité et de la citoyenneté française. (…) Est Français celle ou celui pour qui la France passe avant tout ».

Dans son discours, Marine Le Pen promet « une consultation sur l’obtention de la nationalité ». « J’engagerai une consultation nationale sur un sujet précis : quelles sont les conditions d’entrée, de séjour et d’acquisition de la nationalité ? C’est aux Français et à eux seuls d’en décider », précise la candidate à la présidentielle.

« Je ne méconnais pas la souffrance des populations déplacées de force, le malheur des réfugiés et de tous ceux qui fuient un pays dans lequel ils n’ont pas l’espoir de vivre librement. (…) Cette consultation portera sur la nature, le périmètre et l’accès à nos systèmes de protection sociale et à nos régimes de solidarité sociale, désormais si peu nationaux », regrette-t-elle.