Dijsselbloem : « les Européens du Sud dépensent leur argent dans l’alcool et les femmes »

0
1441
Eurogroup President and Dutch Finance Minister Jeroen Dijsselbloem gives a press conference on February 16, 2015 at the end of an Eurogroup finance ministers meeting at the European Council in Brussels. AFP PHOTO / EMMANUEL DUNAND (Photo credit should read EMMANUEL DUNAND/AFP/Getty Images)

Un ministre hollandais et président de l’Eurogroupe a tenu ce mercredi 21 mars 2017 des propos choquants sur les habitants des pays du Sud de l’Europe qu’il accuse de gaspiller de l’argent « dans l’alcool et les femmes »

Un dérapage ? Jeroen Dijsselbloem, ministre hollandais des Finances, a suscité une grosse polémique sur les réseaux après ses remarques scandaleuses. Les propos du ministre hollandais ont en effet été prononcés lors d’une interview qu’il a accordée à Frankfurter Allgemeine Zeitung, média allemand.

Parlant des pays d’Europe du Sud fortement fragilisés par la crise, Il dira : « durant la crise de l’euro, les pays du Nord ont fait preuve de solidarité avec les pays touchés par la crise. En tant que Social-Démocrate, j’accorde une importance particulière à la solidarité. Mais, vous avez aussi des obligations. Vous ne pouvez pas dépenser tout votre argent dans l’alcool et les femmes ».

« Nous considérons qu’il est totalement inacceptable qu’il reste à son poste »

Les propos de Jeroen Dijsselbloem ont immédiatement provoqué l’indignation des dirigeants politiques des pays du Sud de l’Europe. Au Portugal, en Italie et en Espagne, les réactions n’ont pas tardé. « Nous considérons qu’il est totalement inacceptable qu’il reste à son poste », a fait savoir Antonio Costa, premier ministre du Portugal.

Il ajoute : « M. Jeroen Dijsselbloem nous a insultés, Jeroen Dijsselbloem s’est montré sexiste, raciste, xénophobe et a mis l’Europe dans l’embarras et à cause de cela, il ne peut rester dans aucun poste au sein de l’Union Européenne ». Le ministre espagnol des Finances s’est aussi durement attaqué à lui.

« Je ne pense pas que le Portugal, la Grèce, le Chypre ou l’Irlande aient gaspillé de l’argent. La solidarité est importante. On nous a prêté 40 milliards de dollars mais nous avons prêté une somme similaire à d’autres pays et faire de telles comparaisons n’est pas idéal », a regretté Luis de Guindos, ministre économie des Finances.

« Pas apte à diriger l’Euro-groupe »

Les autorités italiennes n’ont pas hésité à faire part de leur mécontentement suite aux propos tenus par Jeroen Dijsselbloem. Gianni Pittella, député européen qui dirige le groupe socialiste européen, a aussi appelé à la démission de Jeroen Dijsselbloem. Selon Gianni Pittella, le ministre hollandais « n’est pas apte à diriger l’Eurogroupe ». Pendant ce temps, Jeroen Dijsselbloem refuse catégoriquement de présenter ses excuses.

Rappelons que le mandat de Jeroen Dijsselbloem en tant que président de l’Eurogroupe prend fin le 1er janvier 2018. Toutefois, il peut toujours garder son poste de ministre des Finances. Dans la presse anglaise, on nous apprend que Jeroen Dijsselbloem a été, la semaine dernière, la cible d’une lettre piégée à Bruxelles envoyée par un groupe d’extrême gauche grec.