Bernard-Henri Lévy : « Marine Le Pen s’est re-diabolisée, Jean-Marie Le Pen est un néo-nazi »

0
1564

Bernard-Henri Lévy (BHL), philosophe français, s’est durement attaqué au Front National ce vendredi 5 mai 2017 lors de son passage sur le plateau de Paris Première. Il a déclaré que Marine Le Pen s’est « re-diabolisée » lors du dernier débat de la présidentielle et a qualifié Jean-Marie Le Pen de « néo-nazi »

BHL en va-t-en-guerre contre le Front National. Lors de son passage sur le plateau de Paris Première dans l’émission Z&N animée par Éric Zemmour et Éric Naulleau, le philosophe français s’est attaqué à Marine Le Pen et s’est réjoui du fait que la candidate du Front National se soit « re-diabolisée ».

Parlant de son sentiment à quelques heures de la fin de la campagne, Bernard-Henri Lévy dira : « j’étais inquiet jusqu’au débat d’entre-deux tours, jusqu’au débat d’avant-hier, entre Macron et Le Pen où là quelque chose s’est passé, ce qui veut dire que c’était un bon débat d’ailleurs (…). C’était un bon débat parce que Madame Le Pen s’est re-diabolisée ».

« Le discours de Marine Le Pen était un discours fait d’injures »

BHL poursuit : « il y avait tout ce débat s’il faut la diaboliser ou pas, elle s’est re-diabolisée (…) toute seule. Elle a fait le boulot c’est-à-dire que d’un seul coup, le dibbouk paternel qui l’habitait est revenu. Elle parlait comme lui, elle grimaçait comme lui, elle avait sa rhétorique (…). Rien n’est joué, il faut voter jusqu’à la dernière minute. Il faut non seulement qu’elle soit vaincue, mais qu’elle soit vaincue à plate-couture ».

Parlant du débat entre Macron et Marine Le Pen, Bernard-Henri Lévy dit regretter que le discours de Marine Le Pen ne fût pas un « discours argumenté ». « Le discours de Marine Le Pen était un discours fait d’injures, de calomnie qui s’appuyait sur des vérités alternatives (…). Croyez-moi, on a eu le meilleur débat possible ».

A la remarque d’Eric Zemmour que le Front National n’est pas un parti fasciste et que le mot « République » ne veut plus rien dire, BHL rétorque : « c’est justement le vrai problème. (…) Pour moi, il veut dire encore quelque chose. Il veut dire le souci du bien public et le souci de la vérité, le souci des faits. (…) Aujourd’hui, nous avions une des deux candidats qui n’avait pas le souci du bien public, qui se foutait de la vérité, (…) qui pataugeait, qui mélangeait (…) ».

« Vous êtes un gent de n’importe où »

Il poursuit : « l’objectif du Front National n’était pas de gouverner, c’était de déstabiliser, n’était pas d’argumenter, était d’insulter ». Déchaîné, BHL traite Jean-Marie Le Pen de « néo-nazi ». « (…) Au moment où les islamistes mettaient l’Algérie à feu et à sang au début des années 90, au moment où on découpait les bébés en rondelles, Jean-Marie Le Pen, ce néo-nazi dont je vous parle, prenait parti des islamistes ».

Sur la question de Naulleau de savoir ce qu’il faut prendre en compte concernant la colère d’une partie du peuple français qui votera Marine Le Pen, BHL rétorque : « il faut prendre qu’une nouvelle page de l’histoire du monde est en train de s’ouvrir où il y a une tentative doctrinale de penser l’économie de marché avec la tyrannie ». Dans une partie de l’émission, Zemmour s’est fâché contre BHL et lui dit : « vous êtes un gent de n’importe où et vous passez votre temps à insulter les gens de quelque part ».

Rappelons que BHL a réuni ce vendredi 5 mai des personnalités de gauche comme de droite à un forum «  contre l’abstention » face à Marine Le Pen. Dans la presse, on affirme que d’importantes personnalités politiques avaient assisté à ce forum, dont Manuel Valls (PS), Jean-Pierre Raffarin (LR) et Christian Estrosi (LR).

Pour suivre l’émission dans son intégralité, cliquez ici : Paris Première