Etats-Unis : Trump licencie le directeur du FBI et déclenche une véritable guerre médiatique

0
1524

24 heures après le licenciement de James Comey, directeur du FBI par Trump, les réactions dans la classe politique américaine ne cessent pas. Dans l’entourage de Trump, on tente de minimiser, tandis que les Démocrates appellent à la nomination d’un procureur spécial. Rappelons que James Comey menait une investigation sur les liens entre l’entourage de Trump et la Russie

Le limogeage de James Comey, patron de la CIA, suscite une vague de réactions aux Etats-Unis et remet sur la table la guerre sans merci entre Donald Trump et les services de renseignement. En effet, James Comey, patron de la CIA, a été licencié ce mardi 10 mai par le président américain Donald Trump.

James Comey a été informé de son limogeage par le président américain lui-même dans une lettre. Dans sa lettre, Trump ne mâche pas ses mots. Pour lui, Comey n’a pas les compétences qu’il faut pour occuper ce poste. « J’ai reçu les lettres ci-jointes du ministre de la justice et du vice-ministre de la justice des Etats-Unis me demandant de vous démettre de votre poste de directeur du FBI », écrit Trump.

« Vous n’êtes pas en mesure de diriger efficacement le FBI »

Il ajoute toujours dans sa lettre : « j’ai accepté leur recommandation et par cette lettre vous licencie de votre poste, la décision prend effet immédiatement. (…), je suis en accord avec la suggestion du Département de Justice que vous n’êtes pas en mesure de diriger efficacement le FBI ».

Trump dit vouloir trouver un nouveau leadership pour restaurer la confiance publique du FBI dans sa mission d’appliquer la loi. « Il est essentiel que nous trouvions un nouveau leadership du FBI qui restaure la confiance publique dans sa mission d’appliquer la loi. Je vous souhaite bonne chance pour l’avenir », conclut-il. Le licenciement de Comey intervient au moment où celui-ci menait une enquête sur des présumés liens entre les associés de Trump et la Russie.

« Le New York Times s’en mêle »

L’affaire suscite un véritable raz-de-marée. Dans la presse américaine, c’est l’indignation. Ce jeudi, c’est le New York Times qui s’en est mêlé. Le superpuissant média américain a adressé une lettre ouverte au vice-ministre de la justice dans laquelle il faisait part de son inquiétude à la suite du licenciement de James Comey.

« Avant même le limogeage du directeur du FBI par Trump ce mardi, un nuage de suspicion entourait ce président et l’intégrité même du processus électoral qui l’a permis d’être élu », écrit le New York Times qui demande à Rod Rosenstein de faire disparaître ce nuage de suspicion et de restaurer la confiance des Américains en leur gouvernement.

« Il a tenté de virer James Comey depuis le premier jour de son élection »

Pour le moment, toutes les questions tournent autour de la raison qui aurait poussé Trump à virer James Comey et les élucubrations vont train. Et dans l’entourage de Trump, on tente de minimiser cette affaire. « Franchement, il a tenté de virer James Comey depuis le premier jour de son élection », explique Sarah Huckabee Sander, la porte-parole de la Maison Blanche.

Rappelons que Trump est le premier président depuis Richard Nixon a licencié une autorité de la justice alors qu’il menait une enquête liée à des autorités de la Maison Blanche. Les Démocrates ont immédiatement demandé qu’un procureur spécial soit nommé pour mener une enquête sur les liens entre Trump et la Russie.