Le roi Mohammed VI refuse de rencontrer Netanyahou et boycotte le sommet de la CEDEAO

0
953
A handout picture shows Morocco's King Mohammed VI giving a speech to mark the 60th anniversary of the People and the King's Revolution in Rabat on August 20, 2013. AFP PHOTO / Azzouz BoukallouchAZZOUZ BOUKALLOUCH/AFP/Getty Images

Le roi Mohammed VI du Maroc a boycotté le 51ème sommet de la CEDEAO prévu ce 3 et 4 juin à Monrovia au Libéria. Le roi refuse de rencontrer Benjamin Netanyahou, premier ministre israélien, qui a été invité à y participer cette année

Mohammed VI boude le 51ème sommet de la CEDEAO. Le roi du Maroc a décidé de ne finalement pas se rendre au sommet de la CEDEAO prévu à Monrovia ce 3 et 4 juin. Pourtant, la présence du roi avait été confirmée quelques jours plutôt. Mais, elle sera annulée à la dernière minute.

Dans la presse, on affirme que le roi du Maroc a en effet voulu ne pas rencontrer Benjamin Netanyahou, premier ministre israélien, l’une des personnalités politiques les plus importantes à être invitées à ce sommet. Cette information a été confirmée par le Maroc, à travers un communiqué du ministère marocain des Affaires étrangères publié sur son site officiel ce 1er mai.

« D’autres Etats ont exprimé leur étonnement par rapport à cette invitation »

« Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Que Dieu L’assiste, avait prévu de se rendre, les 3 et 4 juin courant à Monrovia, à l’occasion du 51ème Sommet de la CEDEAO, qui devrait, notamment examiner le dossier déposé par le Maroc pour rejoindre ce groupement social en tant que membre à part entière ».

Le communiqué ajoute : « Toutefois, au cours des derniers jours, des pays importants de la CEDEAO ont décidé de réduire au minimum leur niveau de représentation à ce sommet, en raison de leur désaccord avec l’invitation au Premier ministre israélien. D’autres Etats membres ont, également, exprimé leur étonnement par rapport à cette invitation ».

« Un contrat d’1 milliard a été signé entre la CEDEAO et Israël »

Dans son communiqué, le ministre marocain des Affaires étrangères précise que le roi a finalement décidé de ne pas se rendre à ce sommet pour éviter « d’intervenir dans un contexte de tension et de controverse ». « Le roi tient à éviter tout amalgame ou confusion », conclut le communiqué.

Le boycott du Maroc, l’un des plus importants membres de la CEDEAO, n’a cependant pas empêché  Benjamin Netanyahou de se rendre au Libéria pour rencontrer les chefs d’Etat africains. Sa présence a d’ailleurs été très bénéfique car un important accord a été signé entre la CEDEAO et Israël estimé à 1 milliard de dollar. Cet accord devra permettre de faire avancer des projets énergétiques  dans 15 pays de la CEDEAO sur une période de quatre ans.