Henri Guaino s’attaque au président français : « Macron est le candidat du système »

0
3695

Henri Guaino, candidat dans la 2ème circonscription de Paris, a été l’invité de Public Sénat ce mardi 6 juin 2017. Le député des Yvelines n’a pas été tendre envers Emmanuel Macron doit il estime que l’élection pourrait mener à quelque chose de pire que l’arrivée de Marine Le Pen au pouvoir

Henri Guaino tape très fort sur Emmanuel Macron. Le député Les Républicains (LR) des Yvelines s’est durement attaqué au président français lors de son passage sur le plateau de Public Sénat. Henri Guaino ne fait pas marche arrière sur des propos qu’il avait tenus pendant la campagne, déclarant que « l’élection de Macron pourrait être pire que celle de Marine Le Pen ».

« Cela peut nous mener à quelque chose de pire parce que lorsque les Français se rendront compte qu’ils ont mis au pouvoir ce dont ils ne voulaient plus, alors je crains que la réaction, la colère, la révolte nous conduisent sur des voix extrêmement dangereuse », prévient-il, avant d’ajouter qu’Emmanuel Macron n’est pas le candidat de l’antisystème.

« Le République En Marche n’est pas appelé à devenir un vrai parti politique »

« Je crois que M. Macron n’est pas le candidat de l’antisystème, il est le candidat du système. Dans tous les cas, nous avons changé de président. Le président a obtenu sa majorité et à fortiori depuis l’inversion du calendrier, depuis que l’élection législative se déroule quelques semaines après la présidentielle. La cote de confiance dont jouit Macron aujourd’hui est à peu près la même que celle de ses prédécesseurs ».

Dans l’interview, Henri Guaino estime qu’En Marche ! n’est pas appelé à devenir un vrai parti politique. « Moi, je crois que la République En Marche n’est pas appelé à devenir un vrai parti politique. Je pense que c’est un agglomérat de gens très différents qui viennent de partout. (…) ça ne va pas devenir à mon sens une famille politique ancrée dans les grandes familles de la politique française, dans l’histoire de la politique et dans des valeurs qui s’incarnent dans des courants profonds ».

Sur la réforme du travail, Henri Guaino dira : « la bonne méthode, c’est de discuter, la mauvaise méthode, ce sont les ordonnances. On ne traite pas ce genre de questions par ordonnances. Les ordonnances, c’est fait pour résoudre les problèmes techniques dans la 5ème République, pas pour résoudre des problèmes politiques. Quand vous avez des problèmes politiques, soit il se résout à l’assemblée, soit par référendum (…) ».

« Le marché du travail n’est pas le marché de la pomme de terre »

A la question d’une journaliste qui lui demande s’il s’agit pour lui d’une gestion autoritaire du dossier, Guaino répond : « Oui, c’est une gestion autoritaire ». Le député républicain des Yvelines estime que le code du travail peut donner une chance à l’amélioration du marché du travail mais à des conditions.

« Tout dépend de comment on le fait. Le marché du travail n’est pas le marché de la pomme de terre. Il se fait avec des hommes, il y a des vies derrière », souligne-t-il. Lorsque la journaliste lui rappelle que Les Républicains partagent presque 90% du programme de Macron, Guaino pense néanmoins que c’est un sujet sur lequel il est tout à fait normal d’avoir un débat.

« Aujourd’hui, on arrive à la fin de ce cycle »

« Les Républicains, les notables des Républicains ne sont pas les Républicains à eux tous seuls. C’est quand même un sujet sur lequel on a le droit d’avoir un débat parce que quand on voit les politiques qu’ils ont soutenus pour la plupart d’entre eux…D’ailleurs, c’est tout à fait normal qu’un certain nombre d’entre eux s’en aillent chez Macron. Moi, je trouve ça tout à fait logique ».

Sur l’avenir des Républicains après les législatives, il répond : « Je ne sais pas. Il y aura forcément des tensions et des fractures parce que nous avons créé sur la scène politique française deux grands cartels électoraux avec des gens qui n’avaient plus grand-chose à se dire, plus grand-chose en commun, qui n’arrivaient même plus à discuter des grands sujets : le parti socialiste et l’UMP, devenu Les Républicains. Aujourd’hui, on arrive à la fin de ce cycle ».

Lors de son passage sur le plateau de Public Sénat, Henri Guaino a confirmé qu’il se retirera de la scène politique s’il est battu aux législatives.

Pour regarder l’interview dans son intégralité, cliquez ici : Public Sénat