Poutine : « l’OTAN a besoin d’un ennemi extérieur et la situation devient de plus en plus tendue »

0
644

Le président russe, Vladimir Poutine, a exprimé ses craintes quant à une éventuelle confrontation entre la Russie et l’OTAN. Dans une interview accordée à Oliver Stone et publiée par l’agence de presse russe Tass, il reconnaît que les relations entre son pays et l’OTAN deviennent de plus en plus tendues

Le président russe, Vladimir Poutine, s’est exprimé une nouvelle fois sur ses relations avec l’OTAN. Cette fois-ci, c’est lors d’une interview accordée au réalisateur américain, Oliver Stone. Parlant de l’OTAN, Vladimir Poutine ne s’y est pas allé de main morte. Il estime que l’organisation occidentale a besoin d’ennemi extérieur pour exister.

« Il n’y a plus de Bloc de l’Est, ni d’Union Soviétique. Donc, pourquoi l’OTAN continue-t-elle d’exister ? J’ai l’impression que pour justifier son existence, l’OTAN a besoin d’un ennemi extérieur, il y a une recherche permanente d’un ennemi ou des actes de provocation pour désigner quelqu’un comme un adversaire », regrette Poutine.

Le président russe va plus loin, considérant que l’OTAN n’est aujourd’hui rien d’autre qu’un instrument de la politique étrangère des Etats-Unis. « Aujourd’hui, l’OTAN est simplement un instrument de la politique étrangère des Etats-Unis. Une fois qu’un pays devient un membre de l’OTAN, il lui est difficile de résister aux pressions des Etats-Unis », ajoute-t-il.

« La situation devient de plus en plus tendue »

L’homme fort du Kremlin poursuit : « tout d’un coup, n’importe quel système d’armement peut être placé dans ce pays. Un système de défense antimissile balistique, de nouvelles bases militaires, et si nécessaire, de nouveaux systèmes d’attaque ». Poutine reconnaît que les relations avec l’OTAN deviennent de plus en plus tendues.

« Qu’est-ce que nous sommes censés faire ? Dans ce cas, nous prenons des contre-mesures. Nous devons braquer nos systèmes de missile vers les cibles qui nous menacent. La situation devient de plus en plus tendue », dit le président russe. L’agence Tass nous a appris qu’une partie de cette interview sera diffusée sur CBS entre le 12 et le 15 Juin.