Sur RTL, Mélenchon règle ses comptes avec le PS et qualifie la 5ème République de « mourante »

0
1920

Jean-Luc Mélenchon, chef de file de la France insoumise, a été l’invité de RTL matin de ce mardi 13 Juin 2017. Le candidat aux législatives s’est exprimé sur de nombreux sujets dont le fort taux d’abstention, les relations entre son parti politique et le Parti Socialiste (PS) et la 5ème République qu’il a qualifiée de « mourante »

Le chef de file de la France a d’abord abordé la question de l’abstention qu’il a jugée très importante et pour laquelle il a tenté de donner une explication. « Il y a bien des explications. Parmi celles-ci : beaucoup de gens n’ont strictement rien compris à l’enjeu, il y a eu des tas d’endroits où il n’y a pas eu de profession de foi, il y a eu une absence totale de débat national (…) ».

Sur la question du peu de mobilisation de son électorat lors du premier tour des législatives, Mélenchon dira : « je ne sais pas vous dire. Je pense qu’il y a eu du découragement. Beaucoup m’ont dit : ‘ah, c’est dommage ! on n’y est pas arrivé’. Ils n’avaient pas bien réalisé qu’il y avait encore les législatives ».

« Ce n’est pas bon un tel culte de la personnalité »

Le chef de file de la France regrette que les grandes questions n’aient pas été abordées lors du débat, à savoir le code du travail et la transposition de l’état d’urgence dans le droit commun. « Ce n’est pas possible d’avoir des élections sans débat. C’est un peu ce qui s’est passé », s’agace-t-il.

Sur le plateau de RTL, Mélenchon persiste et signe : il n’y pas de majorité en France. Parlant de Macron, il dénonce un culte de la personnalité. « Je pense que son intérêt est que les choses se passent de la manière la plus suave possible dans une ambiance d’autocélébration qui a frappé tout le monde et que je juge malsaine parce que ce n’est pas bon un tel culte de la personnalité », déplore-t-il.

« 400 bizuts qui n’ont aucune espèce d’idée de la vie de député »

Sur RTL, le chef de file de la France insoumise appelle à une forte mobilisation de ses partisans au second tour des législatives. Sur la question de savoir si cette armée massive de novices à l’assemblée lui fait peur, il rétorque : « moi, ils ne me font pas peur. Au contraire, je me pourlèche parce que je connais la vie parlementaire. 400 bizuts qui arrivent (..) n’ont aucune espèce d’idée (…) de la vie de député. Et en plus, ils vont avoir des serre-files qui vont leur donner des ordres pour voter en cadence des textes (…) ».

Il poursuit : « (…) leur sensibilité n’est pas sociale. Les trois quart d’entre eux sont des gens qui dans la vie d’habitude donnent des ordres et par conséquent ils ne comprennent rien à la sensibilité populaire au code du travail et donc j’attends que les gens réagissent à temps pour nous donner les moyens de nous y opposer (…) ».

« Le Parti Socialiste a été une structure qui a été disqualifiée par les électeurs »

Sur le fait qu’il ait devancé le PS lors du premier tour, Jean-Luc Mélenchon estime qu’un remplacement est en cours. « (…) Le remplacement est en cours. Le remplacement parce que le Parti Socialiste a été une structure qui a été disqualifiée par les électeurs, et pas par moi. Moi, je sais ce que j’en pense et pourquoi je l’ai quitté en 2008. Mais, il ne suffit pas qu’il soit disqualifié, il faut le remplacer, il faut qu’il y ait une force alternative qui soit là qui soit capable de cristalliser. Je connais des pays où il n’y a plus du tout d’opposition, c’est le cas de l’Italie (…) ».

Sur la question de la réciprocité soulignée par Julien Dray ce lundi 12 juin sur CNews, Mélenchon martèle que pour ce qui est du cas de Myriam El Khomri, « il ne peut pas en être question ». « Nous avons combattu Mme El Khomri de toutes les façons possibles. Elle-même a proposé de faire un front uni à la droite contre nous. Je ne vais pas aller maintenant dire qu’il faut voter pour cette femme au nom du fait qu’elle est la cousine de l’ami du voisin de l’homme qui a vu l’ours », ironise-t-il.

« C’est la 5ème République qui est mourante »

Parlant de Julien Dray, il dira : « M. Dray n’a aucune raison de m’interpeler. Si le parti socialiste a quelque chose à me dire, il le fera comme il l’a fait avant par écrit  et par la voix de son secrétaire national. J’appelle à voter pour les députés PS qui ont signé la motion de censure c’est-à-dire il y en a quatre pour tout et en tout dans tout le pays (…). Quant aux autres, qu’ils méritent leurs voix et qu’ils s’en débrouillent ».

Jean-Luc Mélenchon finit son interview par tacler sévèrement la 5ème République. « (…) Le sujet c’est cette invraisemblable 5ème République où quelqu’un peut ramasser 400 sièges et puis décider par ordonnance de démolir tout l’ordre social et de mettre dans la loi la restriction des libertés publiques sans que personne ne puisse broncher. C’est la 5ème République qui est mourante, il vous faudra qu’il vous saute à la figure pour que vous compreniez, ça ne va pas tarder ». Mélenchon se dit optimiste de gagner au second tour.

Pour regarder l’interview dans son intégralité, cliquez ici : RTL