Armement : l’Allemagne vend trois sous-marins à Israël pour un montant de 1,5 millions de dollars

0
1142

L’Allemagne vient d’approuver la vente de trois sous-marins à Israël pour un montant estimé à 1,5 milliards de dollars

L’Allemagne signe un juteux contrat d’armement avec Israël. C’est en tout cas ce qu’a révélé le média allemand Der Spiegel qui affirme que le Conseil de Sécurité Nationale allemande a approuvé la vente de trois sous-marins à Israël. D’après Jerusalem Post qui cite des sources allemandes, Israël recevra trois sous-marins dauphins de plus pour un montant de 1,5 milliards de dollars.

Le contrat a été signé entre Israël et l’entreprise allemande Thyssenkrupp. D’après Jerusalem Online, le contrat a été approuvé lors de la dernière visite du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, en Allemagne. Cependant, le contrat peut être résilié à tout moment car des soupçons de corruption sont évoqués lors de l’achat d’un sous-marin allemand par Israël dans le passé.

« Un contrat qui secoue la classe politique allemande »

Une enquête est ouverte par la justice allemande et les autorités du pays ont clairement fait savoir que si les soupçons de corruption sont confirmés, le contrat sera tout simplement résilié. En effet, l’entreprise allemande Thyssenkrupp avait été accusée d’avoir soudoyé des autorités étrangères pour promouvoir ses sous-marins.

Parmi les pays cités dans cette affaire, figurent : la Grèce, la Turquie, la Corée du Sud, le Pakistan et l’Indonésie. L’affaire avait suscité un grand malaise dans la classe politique israélienne d’autant plus que le ministre de la défense de l’époque Moshe Boogie Yaalon n’avait même pas été informé de l’achat des sous-marins. Agacé, Yaalon continue d’insister que Netanyahou est corrompu.

La signature de ce contrat intervient quelques heures seulement après la révélation que les partis de l’opposition allemande ont fait foirer un contrat d’armes de plusieurs milliards avec Israël qui devait ainsi louer des drones de l’Armée de l’Air allemande. Le Parti des Verts allemand s’était félicité de la décision dénonçant « une escalade des niveaux de violence et une violation du droit international ».