Donald Trump déclare la guerre aux médias américains : « je suis le Président, pas eux »

0
434
US President Donald J. Trump delivers his first address to a joint session of Congress from the floor of the House of Representatives in Washington, DC, USA, 28 February 2017. Traditionally the first address to a joint session of Congress by a newly-elected president is not referred to as a State of the Union.

Donald Trump s’est durement attaqué aux médias américains qu’il accuse de vouloir le réduire au silence et de tenter de saboter son travail. Les propos de Trump ont été prononcés lors d’un discours tenu ce dimanche 2 Juillet  2017 à Washington au Kennedy Center for the Performing Arts

Donald Trump en va-t-en-guerre contre les médias. Profitant de son week-end, le président américain s’est rendu dans un centre culturel à Washington où il s’est adressé à ses sympathisants. Dans son discours, Trump a vigoureusement dénoncé les médias qui tentent de saboter son travail.

« Les faux médias essayent de nous réduire au silence. Mais, nous ne les laisserons pas faire parce que le peuple connaît la vérité. Les faux médias nous ont empêchés d’accéder à la Maison Blanche. Mais, je suis le Président, pas eux ». Sous les applaudissements de son audience, il ajoute que les médias se sont autodétruits.

« Nous avons gagné et ils ont perdu »

« Nous avons gagné et ils ont perdu. Le fait est que la presse s’est autodétruite parce qu’ils (les journalistes, NDLR) sont allés trop loin. Au lieu d’être subtils et intelligents, ils ont utilisé une hachette et les gens ont vu cela dès le début ». Dans son discours, il a ouvertement dénoncé la malhonnêteté des médias.

« Les médias malhonnêtes ne nous empêcheront pas d’atteindre nos objectifs au nom de notre GRAND peuple américain. Cela n’arrivera jamais. Leur agenda n’est pas votre agenda, et vous l’avez constaté », a-t-il lancé à ses sympathisants. Ce dimanche, Trump s’est également exprimé sur son usage excessif de Twitter, se défendant du fait qu’il s’agit d’une « présidence des temps modernes ».

Au-delà des médias, le président américain s’est également exprimé sur d’autres sujets, notamment celui de la liberté religieuse. « Mon administration soutiendra et défendra toujours la liberté religieuse. Nous ne voulons pas voir DIEU être interdit des places publiques, interdit de nos écoles et de notre vie civique. Nous voulons voir des prières être formulées avant les matches de football si les gens veulent les formuler », a-t-il fait savoir.

« On m’a laissé un bordel »

Parlant des vétérans de guerre qui, pour la plupart, vivent dans des conditions difficiles, il dira : « on a fait du très mauvais pour les vétérans, en leur volant et en les blessant. On ne peut pas faire cela ». Il accuse l’administration Obama de lui avoir laissé un bordel. « On m’a laissé un bordel. Nous sommes en train de tout remettre en ordre, comme vous le voyez ».

Rappelons que Donald Trump entretient des relations très conflictuelles avec de grands médias américains dont CNN et le New York Times. Deux médias mainstream qui avaient ouvertement appelé à voter Hillary Clinton lors de la présidentielle et qui l’accusent d’avoir entretenu des liens très étroits avec des autorités russes. Des accusations que Trump et son administration ont toujours niées.