En pleine crise diplomatique avec les USA, l’ambassadeur russe à Washington quitte son poste

0
800

L’ambassadeur russe aux Etats-Unis, Sergey Kislyak, a quitté son poste ce dimanche 23 Juillet 2017. Son départ a été confirmé par l’ambassade de Russie à Washington qui l’a annoncé dans un communiqué

En pleine crise diplomatique entre la Russie et les Etats-Unis, une première tête tombe du côté russe. Sergey Kislyak, ambassadeur de la Russie, a en effet démissionné de son poste ce dimanche. L’annonce a été faite par les médias russes qui précisent qu’il sera remplacé par Denis Gonchar qui jusqu’ici occupait les fonctions de ministre conseiller.

Dans un communiqué de l’ambassade de Russie à Washington, on pouvait lire : « l’Ambassadeur S. Kislyak a accompli sa mission à Washington ». Le communiqué ajoute qu’il sera remplacé par Denis Gonchar. Sergey Kislyak devra retourner en Russie sous peu. Kislyak quitte son poste en pleine crise diplomatique entre les Etats-Unis et la Russie.

« Une démission sur fond de crise entre les Etats-Unis et la Russie »

Les dernières années de l’ambassadeur ont en effet été très tendues compte tenu des nombreuses accusations des médias américains selon lesquelles l’équipe de campagne de Donald Trump a été en contact avec des dirigeants russes proches de Vladimir Poutine lors de la campagne présidentielle.

En ce moment, une enquête est menée pour déterminer des supposés liens entre Sergey Kislyak et Jeff Sessions, ministre de la Justice américain. Sessions est accusé d’avoir rencontré l’ambassadeur sans en informer le Sénat. Certains demandent désormais qu’il démissionne de son poste pour « avoir violé son serment ».

« S’il est un espion, alors tous les ambassadeurs sont des espions »

Les accusations avaient froissé Donald Trump et les autorités russes. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, avait dénoncé les relents d’une « chasse aux sorcières » digne de l’époque du Maccarthysme. « (…) Tout ceci ressemble beaucoup à une chasse aux sorcières ou l’époque du Maccarthysme que nous croyons dépassée aux Etats-Unis, pays civilisé », a martelé Lavrov.

Dans la presse américaine, l’hostilité envers Sergey Kislyak n’avait plus de limite. Il avait même été accusé par CNN d’être un agent de renseignement russe. Des accusations auxquelles la Russie avait immédiatement répondu. « S’il est un espion, alors tous les ambassadeurs sont des espions. Il n’est pas un espion. L’appeler un espion, c’est ne pas comprendre ce que fait un ambassadeur, même russe », avait réagi John Beyrie, ancien ambassadeur américain en Russie.

« Il est très peu probable qu’ils arrêtent de le faire »

Dans une interview accordée à l’agence de presse russe Tass, Sergey Kislyak avait déploré un vent anti-russe qui « balaye toute l’Amérique ». Il avait, dans l’interview, vigoureusement dénoncé les mensonges répétés des Etats-Unis et avait cité comme exemple la guerre en Irak en 2003. Le diplomate avait également fait savoir que les Etats-Unis ont essayé de s’immiscer dans les élections présidentielles américaines de 2018.

« Ils ont essayé d’ingérer (dans les affaires internes de la Russie) et il est très peu probable qu’ils arrêtent de le faire », disait-il. Rappelons que Sergey Kislyak a pris fonction en tant qu’ambassadeur de la Russie aux Etats-Unis en 2008. Avant cela, il avait servi en tant qu’ambassadeur russe en Belgique et représentant permanent de la Russie auprès de l’OTAN.