Entrer au Qatar sans visa : d’autres pays seront bientôt ajoutés à la liste des 80 sélectionnés

0
829

Le Qatar envisage d’augmenter la liste des pays pouvant entrer sur son territoire sans visa. La liste, actuellement bloquée à 80 pays, pourrait s’allonger dans un futur proche, assure le Directeur de l’Office du Tourisme du Qatar

Trois jours après l’annonce du Qatar d’autoriser aux citoyens de 80 pays du monde d’entrer sur son territoire sans visa, la décision a, semble-t-il, fait des jaloux. Certains pays exclus de cette liste n’ont pas pu digérer leur déception et ont demandé au Qatar de revoir sa décision. Le Qatar a répondu à leurs doléances et évoque la possibilité d’augmenter la liste.

C’est en tout cas ce que nous apprend le média qatari, The Peninsula Qatar, qui cite le directeur de l’Office du Tourisme du Qatar, Hassan Al Ibrahima. Ce dernier a fait savoir que la sélection des pays a été faite de manière très méticuleuse et une augmentation de la liste des 80 pays est une thèse à ne pas exclure.

« La sélection est en cours et d’autres pays pourraient être ajoutés sur la liste »

« Ces pays ont été sélectionnés d’une manière scientifique et attentivement. Des paramètres tels que la durée de validité du passeport et le pouvoir d’achat ont été pris en compte. La sélection est en cours et d’autres pays pourraient être ajoutés sur la liste à l’avenir. Notre objectif principal est d’ouvrir le Qatar à d’autres visiteurs », a-t-il déclaré.

Rappelons que le Qatar a annoncé cette semaine avoir exempté de visa à des ressortissants de 80 pays souhaitant visiter l’île. Cette mesure entre dans la politique du Qatar de promouvoir le tourisme, l’une des activités les plus rentables du pays. Cette mesure intervient également dans un contexte difficile où Doha est de plus en plus isolé par ses voisins du Golfe.

En effet, ce 5 juin, l’Arabie Saoudite, le Bahreïn, l’Egypte et les émirats avaient annoncé la rupture de leurs relations diplomatiques avec le Qatar qu’ils accusent de financer le terrorisme et de vouloir se rapprocher de plus en plus de l’Iran, considéré comme le pire ennemi de l’Arabie Saoudite dans la région.