Attentat de Barcelone : furieux, Alain Marsaud, député LR, quitte le plateau de BFMTV en direct

0
19458

Alain Marsaud, député LR, a boudé le plateau de BFMTV en plein direct ce vendredi soir suite à un échange assez houleux avec Anthony Bellanger, journaliste de France Inter, sur les attentats de Barcelone

Le plateau de BFMTV a été assez houleux ce vendredi soir. En effet, un débat était organisé sur les attentats terroristes qui viennent de frapper la ville de Barcelone de plein fouet. Deux invités étaient autour de la table : Alain Marsaud, député Les Républicains (LR) et Anthony Bellanger, journaliste de France Inter.

Réagissant à la remarque du journaliste que les choses qui sont faites (en matière de sécurité) ne sont pas suffisantes, Alain Marsaud dira : « j’ai entendu ces grands responsables internationaux, responsables dans leurs pays. Et il y a un terme que j’attendais et que je n’ai pas entendu. On n’a pas osé nommer l’ennemi, on n’a pas dit à un seul moment qu’il s’agissait de l’islamo-fascisme, que c’était l’Islam intégriste qui motivait ce genre d’actions, mais comme si on avait peur de nommer l’ennemi ».

« Personne ne parle d’islamisme radical et d’islamo-fasciste »

Et d’ajouter : « je peux vous assurer que si on a peur de nommer l’ennemi, on ne risque pas de gagner cette guerre, et que ce soient les journalistes dans ce pays comme nos responsables politiques, pas un seul en deux jours a dit qu’on est en présence d’attentats islamistes. On a peur de quoi ? ».

Le journaliste lui couple la parole et lui demande si les gouvernements doivent accentuer leurs efforts de coopération. Mais, Alain Marsaud ne change pas sa ligne. « Ma question vous gênait. Personne ne parle d’islamisme radical et d’islamo-fasciste (…). On dit que c’est l’Etat Islamique qui revendique, point (…) ». Agacé, Anthony Bellanger, ancien directeur de Courrier international et actuel chroniqueur à France Inter, tente de le recadrer, en lui coupant la parole.

« Il y a suffisamment de victimes pour ne pas dire n’importe quoi »

« Là, vous dites absolument n’importe quoi », lance Bellanger. Et d’ajouter : « d’abord, d’une part, tout le monde sait que ce sont des attentats islamistes et deuxièmement les journalistes ne sont pas là pour dire ce qu’ils pensent ou ce qu’ils veulent et ce que vous vous voudriez. Ils sont là pour dire les choses telles qu’elles sont. (…) Il y a suffisamment de victimes pour ne pas dire n’importe quoi. Vous êtes tout à fait libre de faire le commentaire que vous voulez, ils sont tout à fait libres de faire leurs métiers (…) ».

Les remarques d’Anthony Bellanger n’ont apparemment pas plu à Alain Marsaud qui, soudain, boude le plateau de BFTMV en plein direct. « Vous continuerez ce débat sans moi parce que véritablement si c’est pour me traiter comme ça vous continuerez sans moi, voilà ». Les journalistes tenteront de le retenir mais en vain !

Pour voir la vidéo, cliquez ici : BFMTV