Moyen-Orient : le prince saoudien Ben Salman aurait effectué une visite secrète en Israël

0
1645
Mohammed Ben Salman, Prince saoudien

Une rumeur s’est propagée ces dernières heures faisant état d’une visite secrète du prince saoudien Mohammed Ben Salman en Israël. Un média saoudien a confirmé la visite, mais précise que la personnalité arabe qui s’est rendue en Israël n’est pas Saoudienne, mais plutôt Qatarie

Le prince saoudien s’est-il rendu secrètement en Israël ? C’est en tout cas la rumeur qui court ces 24 heures dans les médias israéliens et arabes. Selon le média israélien Jerusalem Post, le prince saoudien Mohammed Ben Salman s’est rendu discrètement en Israël malgré le fait que les deux pays n’entretiennent aucune relation diplomatique.

Selon Jerusalem Post, la rumeur au tour de cette visite a été alimentée par un twitte du journaliste Simon Aran qui l’a annoncée. Dans son twitte, Simon Aran, journaliste à Israel Radio, avait en effet révélé qu’une importante personnalité du monde arabe vivant dans le Golfe était attendue à Tel Aviv ce week-end.

« Une guerre médiatique entre le Qatar et l’Arabie Saoudite »

L’information a été reprise par le média arabe Al-Bawaba. Mais, du côté de l’Arabie Saoudite, on évoque un complot ourdi par le Qatar pour ternir l’image du royaume. Selon Jerusalem Post, ce vendredi, un journaliste d’Elaph, média saoudien, a confirmé qu’une personnalité du Golfe s’est rendue en Israël, avant de préciser que cette personnalité n’est pas Saoudienne, mais Qatarie.

Ce même journaliste a ajouté que la visite de la personnalité politique arabe a duré deux jours. « L’émissaire qatari a abordé des questions sécuritaires avec les représentants israéliens », précise le journaliste. En Israël, les autorités ont catégoriquement refusé de se prononcer sur cette visite.

Rappelons que le Qatar et l’Arabie Saoudite se sont lancés dans une guerre diplomatique depuis la rupture de leurs relations diplomatiques ce 5 juin 2017. L’Arabie Saoudite, le Bahreïn, l’Egypte et les pays émirats arabes avaient en effet accusé le Qatar de financer le terrorisme et avaient fustigé sa volonté de se rapprocher de l’Iran, considéré comme l’ennemi numéro 1 d’Arabie Saoudite dans la région.