Tension au Moyen-Orient : les Etats-Unis ouvrent leur première base militaire en Israël

0
4320

Les Etats-Unis ont inauguré ce lundi 18 septembre 2017 leur première base militaire sur le sol israélien, une première dans l’histoire

Les Etats-Unis et Israël ont inauguré la première base militaire américaine sur le sol israélien ce lundi. D’après Washington Post, une douzaine de soldats seront déployés dans cette base militaire. D’après Times of Israel, cette base se trouve à l’intérieur d’une base israélienne, à l’ouest des villes de Dimona et de Yerucham.

Les autorités militaires israéliennes ont salué l’inauguration de cette base, ajoutant qu’il s’agit d’un message très fort adressé aux ennemis d’Israël dans la région. « Ceci est un message qu’Israël est mieux préparé. Ceci est un message qu’Israël est en train d’améliorer la réponse face aux menaces », a souligné le Général Zvika Haimovich, de l’armée israélienne.

D’autres préfèrent rappeler, à travers l’ouverture de cette base militaire, les relations très fortes entre Israël et les Etats-Unis. C’est notamment le cas du Général John Gronski de l’Armée américaine. « Les Etats-Unis et Israël ont longtemps planifié (l’ouverture de cette base), ils se sont entraînés ensemble. Et maintenant, avec l’ouverture de cette base, ces interactions cruciales arriveront un jour », a-t-il fait savoir.

« L’avenir de l’accord nucléaire est en jeu »

Il convient de rappeler que l’ouverture de la base militaire intervient au moment où les relations entre Israël et l’Iran deviennent de plus en plus tendues. En effet, Israël ne cesse de considérer l’Iran comme son plus grand ennemi dans la région et se dit aussi très préoccupé de l’implication de Téhéran dans la guerre civile en Syrie. Cette confrontation entre les deux pays concerne aussi l’accord nucléaire.

En effet, sur la volonté de Trump de se retirer de l’accord nucléaire signé entre l’Iran et 5 pays occidentaux en 2015, les autorités iraniennes ont haussé le ton. « Se retirer d’un tel accord impliquerait un coût lourd aux Etats-Unis d’Amérique, et je ne crois pas que les Américains veuillent payer un tel coût pour quelque chose qui ne sera pas utile pour eux », a prévenu Hassan Rohani, président iranien ce lundi.