Polémique JO 2024 : au Pérou, la délégation française dépense 1,5 millions d’euros en 6 jours

0
888

Première prouesse olympique : dépenser 1.5 million d’euros en seulement 6 jours au Pérou. Rien n’est trop grand pour la délégation française des Jeux Olympiques qui, moins de deux semaines après l’annonce officielle des Jeux Olympiques 2024 à Paris fait déjà parler d’elle.

 Avion, repas à la meilleure table du pays …

En voyage à Lima au Pérou pour porter la candidature de la ville de Paris aux Jeux Olympiques 2014, la délégation française accompagnée du Maire de Paris Anne Hidalgo se sont fait plaisir. Hôtel 5 étoiles, avion Boeing spécialement affrété pour l’équipe et les journalistes, repas de fête au Astrid y Gaston, classé 33ème au « World’s 50 Best Restaurants » du magazine Restaurant. Il est clair : la délégation a vu les choses en grand. Et même très grand. Car à la place des 60 personnes initialement attendues par le Comité Olympique, c’est plus d’environ 300 personnes qui se sont déplacées en Amérique du Sud. D’après Mediapart, le voyage aurait ainsi couté entre 4.687 et 6.176 euros par personne, pour arriver à la coquette somme de 1.5 million d’euros. Le financement de ce voyage s’est fait par le GIP, Groupement d’Intérêt Public Paris 2024, financé à 50% par l’Etat, la ville de Paris ainsi que la région Ile-de-France.

Mais le scandale ne s’arrête pas là puisqu’une bonne partie des participants a passé l’ensemble de son temps à l’hôtel, faute d’avoir une occupation. En effet, le CIO avait imposé une limite de 60 personnes à la cérémonie de désignation des Jeux. Ainsi, les participants ont observé l’annonce depuis la télévision, comme nous autre en métropole.

Les salariés licenciés pour être ré-embauchés

 Les Jeux Olympiques 2024 étant remportés par Paris, le travail de l’organise GIP visant à promouvoir la capitale comme ville hôte est en essence terminé et va donc licencier la totalité de ses salariés. Avec 14 millions d’euros dépensés en moins de 3 ans, il a été calculé que l’ensemble des cadres du GIP menaient un train de vie confortable avec 7.778 euros brut mensuel, laissant sous-entendre une coquette prime de licenciement avant d’être immédiatement ré-embauchés dans l’équipe de préparation des Jeux Olympiques.

Une chose est sûre, les Jeux Olympiques 2024 font déjà envoler les millions.