Erdogan à Trump: « vous ne pouvez pas acheter la volonté démocratique de la Turquie avec vos dollars »

0
568

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a lancé un message très fort à Donald Trump ce jeudi 21 décembre 2017, lui faisant clairement savoir qu’il ne peut pas « acheter la volonté démocratique de la Turquie par ses dollars »

A quelques heures d’un vote crucial sur la reconnaissance de Jérusalem, la guerre diplomatique est déjà au endez-vous entre les Etats-Unis et les dirigeants du monde musulman. Cette confrontation est à la fois exacerbée par la reconnaissance de Jérusalem en tant que capitale des Etats-Unis par Donald Trump mais aussi par les menaces des Etats-Unis adressées aux pays qui pourraient voter en faveur de cette résolution.

Parmi les personnalités de premier plan du Moyen-Orient qui ont tenu tête à l’administration Bush, figure Recep Tayyip Erdogan, actuel président de la Turquie. Ce dernier a vigoureusement dénoncé la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël et ne recule devant rien.

Dans un discours prononcé ce jeudi à Ankara, dans la capitale turque, le président Recep Tayyip Erdogan a ouvertement défié les Etats-Unis. S’adressant à Trump, il déclare: « Monsieur Trump, vous ne pouvez pas acheter la volonté démocratique de la Turquie avec vos dollars américains ».

« Notre décision est claire »

Il ajoute: « notre décision est claire. J’appelle le monde entier. Ne vendez jamais votre volonté dans la lutte pour la démocratie contre quelques piètres dollars. J’espère que les Etats-Unis n’obtiendront pas le résultat qu’ils espèrent (obtenir) et que le monde leur enseignera une très bonne leçon ».

Cette déclaration intervient au lendemain des menaces du gouvernement américain de couper ses subventions aux pays qui voteraient en faveur de la résolution. Dans un message publié ce mercredi, le président américain a implictement mis en avant l’arrêt des subventions destinées à ces Etats.

« Nous ne nous laisserons plus nous faire avoir »

« Laissez-les voter contre nous. Nous économiserons beaucoup (d’argent). Nous nous en fichons. Mais, ce n’est plus comme avant lorsqu’ils pouvaient voter contre nous et que nous leur donnons des millions de dollars…Nous ne nous laisserons plus nous faire avoir », a-t-il menacé.

Rappelons que les pays visés par ces menaces sont principalement des pays musulmans situés au Moyen-Orient et en Afrique. Ces pays ont pu bénéficier d’importantes aides financières américaines, notamment en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme.

« Maison des mensonges »

Parmi les dix pays ayant reçu le plus d’aides, figurent l’Afghanistan (4,7 milliards de dollar par an); l’Egypte (1,46 milliard de dollar); l’Irak (1,14 milliard de dollar); la Jordanie (1 milliard de dollar); le Pakistan (742,2 millions de dollar); le Kenya (626, 4 millions de dollar); le Nigeria (606,1 millions de dollar); la Tanzanie (575, 3 millions de dollar) et l’Ethiopie (513, 7 millions de dollar).

Rappelons que Benjamin Netanyahou, premier ministre d’Israël, a aussi réagi à ce vote qui se tient à l’Assemblée Générale de l’ONU. Ce jeudi 21 décembre, il a sévèrement critiqué l’ONU qu’il a d’ailleurs qualifiée de « maisons des mensonges ». La question de Jérusalem risque de créer un raz-de-marée diplomatique dans le monde.