« Rameau d’Olive » : l’opération militaire turque contre le PYD et le PKK crée l’indignation

0
532

Le président turc a annoncé le début des hostilités dans la zone d’Afrin dans le sud du pays au niveau de la frontière avec la Syrie. La Turquie dit vouloir empêcher toute infiltration des combattants du PYD alliés du PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan) dans son pays. L’opération est jugée très risquée et la France appelle déjà à la fin des combats

La Turquie mène son offensive au long de la frontière avec la Syrie. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé ce dimanche que les troupes turques qui ont déjà entamé leur offensive en Syrie poursuivent les combattants du PYD (Parti de l’Union Démocratique), liés aux combattants kurdes du PKK. Le président turc a fait savoir que l’opération sera de très courte durée.

« Si Dieu le veut, l’opération sera terminé dans un temps très court », a assuré Erdogan. Dans un discours relayé par la presse turc, Erdogan a mis en garde les Etats-Unis que leurs alliés du PKK et du PYG ne peuvent pas vaincre la Turquie. Il a également souligné que des alliés de la Turquie ont fourni 2 000 envions et 5 000 camions chargés d’armes et de munitions.

« S’assurer que l’armée syrienne libre contrôlera 10 000 km2 de la zone

Des détails de l’opération ont été dévoilés dans la presse turque ce dimanche. Ainsi, d’après Hurriyetdailynews, média turc, l’opération baptisée « Rameau d’Olive » a pour objectif de contrôler 10 000 km2 d’Afrin. L’opération sera menée conjointement avec l’Armée Syrienne Libre, soutenue par la Turquie.

Dans un article publié par le média turc et citant un communiqué du Bureau du Premier ministre, l’objectif de la Turquie est clairement expliqué :

  1. S’assurer que l’armée syrienne libre contrôlera 10 000 km2 de la zone
  2. Empêcher à tout prix que les rebelles kurdes du PKK aient accès à la partie Est de la méditerranée
  3. Eliminer la possibilité que la Turquie perde le contact géographique avec le monde arabe
  4. Sécuriser les frontières de la Turquie avec la Syrie
  5. Eviter une infiltration du PYD et du PKK en Turquie en passant par les monts d’Amanos

« Une dégradation brutale de la situation »

L’opération militaire turque ne passe pas inaperçue. Elle a déjà suscité l’indignation de pays membres de la Ligue Arabe dont l’Egypte qui a dénoncé une « agression ». En effet, dans un communiqué publié par le Ministère égyptien des Affaires étrangères, le ministère dénonce une agression qui représente une nouvelle violation de la souveraineté de la Syrie et qui mine les efforts consentis pour trouver une solution et combattre le terrorisme.

La France a également réagi ce dimanche, convoquant une réunion du Conseil de Sécurité de l’ONU pour mettre fin aux hostilités. « Ces combats (…) doivent être arrêtés », a martelé Florence Parly, ministre française des armées. Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères, a aussi réagi dénonçant « une dégradation brutale de la situation ».