Eric Ciotti sur Europe 1 : « Laurent Wauquiez est une cible parce qu’il gêne Macron »

0
765

Eric Ciotti, responsable politique de droite, a été l’invité d’Europe 1 ce mercredi 21 février. Le responsable politique s’est prononcé sur les enregistrements de Laurent Wauquiez qui ont provoqué un séisme dans la classe politique française. Il a aussi réagi par rapport au passage de Laurent Wauquiez sur BFMTV

« Laurent Wauquiez a démontré hier soir la force de ses convictions. Son message que rien ne détournera son objectif, celui de redonner à la France un projet de redressement fort, avec des convictions. C’est un homme qui est solide. Il a démontré qu’il est attaqué. C’est aujourd’hui une cible », dit-il.

Et d’ajouter : « pourquoi c’est une cible ? Parce qu’il gêne, il gêne le président Macron. On le dit dans les fameux Off (…). On sait que l’Elysée craint aujourd’hui (…). Il y a une attaque en règle contre Laurent Wauquiez ». Face à Patrick Cohen, Eric Ciotti a dénoncé des méthodes « lamentables ».

« (…) Les méthodes qui ont été utilisées pour essayer de le faire tomber dans un piège sont lamentables. Elles sont lamentables. Je crois que si dans une démocratie on commence à accepter ce type de méthode, c’est une dérive extraordinairement grave », déplore le député LR.

« Ce n’est pas quelque chose qui a été improvisé par un étudiant »

Eric Ciotti dénonce une « atteinte grave à la vie privée ». « Il y a une atteinte grave à la vie privée. C’était une information dans un cercle privé, pas public. Le fait qu’un cours soit enregistré, soit diffusé avec des images volées, avec une caméra qui était préparée de l’extérieur, ce n’est pas quelque chose qui a été improvisé par un étudiant. Le coup était préparé », regrette-t-il.

Rappelons que Laurent Wauquiez avait été enregistré à son insu il y a quelques jours alors qu’il tenait un discours devant des étudiants d’EM Lyon. Le chef de file du parti Les Républicains (LR) est accusé d’avoir tenu des propos graves contre des personnalités de droite dont Alain Juppé et Nicolas Sarkozy.