Olivier Faure, nouveau patron du Parti Socialiste : « Emmanuel Macron réforme mal »

0
359

Olivier Faure, député Seine-et-Marne et nouvel homme fort du Parti Socialiste (PS), a été l’invité de Jean-Jacques Bourdin ce lundi 19 mars. Le nouveau patron du PS s’est  prononcé sur plusieurs sujets concernant l’actualité politique française. Il s’est dit « fier » d’être le patron du PS, un parti dont il est membre depuis l’âge de 17 ans

Face à Jean-Jacques Bourdin, il reconnaît que la tâche qui l’attend n’est pas facile. « (…) je sens aussi le poids que ça représente parce que ce n’est pas facile. (…) effectivement, nous avons beaucoup déçu aussi et donc il faut maintenant convaincre que nous avons changé, que nous savons changer et que nous allons reconstruire avec les Français », dit-il.

La question de la SNCF a été abordée. Olivier Faure confirme qu’il ira manifester avec les cheminots. « (…) effectivement, la SNCF a des difficultés. Il faut en discuter, mais on ne discute pas avec un ultimatum.  On négocie et on le fait avec des interlocuteurs qui sont les syndicats (…). Il y a un plan à imaginer avec la SNCF, mais celui-là, pas comment ça, pas avec un pistolet sur la tempe, pas avec l’obligation de discuter avec un gouvernement qui a déjà fait ses choix », dit-il.

« En revanche, le vrai privilégié lui il passe à travers les gouttes »

Parlant de la situation des cheminots, il ajoute : « ils s’attaquent aux statuts des cheminots parce que ils seraient des privilégiés. Mais, vous avez remarqué Jean-Jacques Bourdin que le privilège pour Emmanuel Macron c’est le petit cheminot à 1 500 euros, le retraité à 1 200 euros, c’est le fonctionnaire parce qu’il a la garantie de l’emploi. C’est toujours le petit. En revanche, le vrai privilégié lui il passe à travers les gouttes. »

A la question de Bourdin qui lui demande s’il réformerait la SNCF, Olivier Faure répond : « ça, c’est le vrai sujet. Nous avons commencé à réformer au précédent quinquennat ». Bourdin lui coupe la parole : « la dette n’a pas été réformée ». Olivier Faure acquiesce : « la dette n’a pas été réformée, c’est vrai ».

« Macron réforme mal »

Face à Bourdin, Faure s’est durement attaqué à la politique du gouvernement Macron. « Ce gouvernement n’est pas un gouvernement juste. S’il voulait l’être, il dirait : ‘il y a des problèmes de pénibilité dans ce pays. On pose tous les problèmes de pénibilité et après on voit vers qui et sur qui on met de l’argent. Mais, ce n’est pas ce qu’il fait. Il a reculé sur le compte pénibilité dans la loi Pénicaud et maintenant le voilà qui veut retirer les avantages dits acquis à des personnes qui, en réalité, sont des gens modestes. Moi, je veux bien qu’on touche au privilège, mais qu’on touche à tous les privilèges », dénonce-t-il.

A la question de savoir si Emmanuel Macron réforme trop et trop vite, Olivier Faure  répond : « je ne sais s’il réforme trop, mais il réforme mal. Regardez ce qu’il fait sur l’assurance chômage, sur la formation, sur le travail… »

Pour regarder l’interview dans son intégralité, cliquez ici : RTL