« Humiliation nationale » en Grande-Bretagne: le nouveau passeport sera fabriqué en France

0
1860

En Grande-Bretagne, les partisans du Brexit parlent d’ « humiliation nationale » après avoir appris que le nouveau passeport britannique qui sera délivré en 2019 sera fabriqué en France

Peut-on parler d’humiliation nationale ? Alors que les Britanniques avaient déclaré une guerre sans merci à l’Union Européenne et à la France pour exiger une sortie de leur pays de l’UE, voilà qu’ils se disent maintenant humiliés. En effet, il y a moins deux ans, une partie des Britanniques se glorifiaient d’avoir enfin arraché leur souveraineté nationale. Au moment où les négociations pour la sortie définitive de l’Europe avancent timidement, un fait les a fait sortir de leur gond.

En effet, le nouveau passeport britannique qui sera délivré après le Brexit sera fabriqué non pas en Grande-Bretagne, mais en France. L’information a été confirmée par Martin Sutherland, patron de De La Rue, fournisseur de services britannique. Il a fait savoir dans une interview accordée à la BBC que l’entreprise franco-néerlandaise Gemalto a gagné le marché dont le contrat était fixé à 490 millions de pounds.

« Cette icône de l’identité britannique va être fabriquée en France »

D’après la BBC, le ministère britannique de l’Intérieur a confirmé qu’une entreprise avait été choisie, mais que c’était à elle d’annoncer la nouvelle. Dans une interview accordée à la chaîne anglaise, Martin Sutherland ne cache pas sa déception. Dans ses propos, on sent une certaine déception.

« Ces derniers mois, nous avons entendu des ministres très heureux de parler dans les médias du nouveau passeport de couleur bleue disant que c’est une icône de l’identité britannique. Maintenant, cette icône de l’identité britannique va être fabriquée en France », déplore-t-il.

« Humiliation nationale »

Et d’ajouter : « je dois alors regarder mes employés les yeux dans les yeux et leur expliquer pourquoi le gouvernement britannique pense que c’est une décision sensée d’acheter des passeports français, et pas britanniques. J’aurais souhaité que Theresa May ou Amber Rudd viennent dans mon usine et qu’elles expliquent à mes employés pourquoi elles pensent que c’est une décision raisonnable de confier (à un pays tiers) la fabrication de l’icône britannique ».

Dans la classe politique britannique, la colère ne faiblit pas. Pour les farouches partisans du Brexit, c’est une « humiliation nationale ». « Ceci devrait être un moment à célébrer. Le retour de notre icône bleue restaurera l’identité britannique. Mais, le fait de confier la tâche aux Français est simplement surprenant. C’est une humiliation nationale », s’indigne Priti Patel, femme politique anglaise.