Hollande règle ses comptes avec Macron : « son élection doit beaucoup à un jeu du destin »

0
1052
44267383 - berlin, germany - aug 24, 2015: french president francois hollande during his meeting with german chancellor angela merkel and the president of ukraine petro poroshenko

François Hollande a révélé ses relations peu amicales avec Emmanuel Macron, son ex ministre de l’Economie, dans un livre-bilan dont les extraits sont publiés dans la presse ces dernières heures

François Hollande a-t-il gardé une dent contre Macron ? En tout cas, tout laisse à le penser dans des extraits de son livre-bilan publiés dans la presse. Dans « Les leçons du pouvoir », Français Hollande, ex chef d’Etat français de 2012 à 2017, vide son sac et tacle sévèrement son successeur, Emmanuel Macron.

Parlant du nouveau président français, Hollande écrit : « il ne s’est jamais inscrit dans l’histoire ni dans la culture de la social-démocratie. Il ne mène donc pas une politique qui s’en inspire ». Et d’ajouter : « je défends une conception qui, sans être faible, n’est pas monarchique ».

« Plus rien n’arrêtera le mouvement de l’espoir »

Dans son livre-bilan, François Hollande revient sur un fait qui l’a beaucoup affecté. Un SMS que lui a envoyé Emmanuel Macron la veille d’un meeting à la Mutualité. Pour calmer les rumeurs sur son éventuelle candidature, Macron écrit à Hollande : « mes soutiens diront que le 12 juillet 2016 ne sert ni à démissionner ni à annoncer ma candidature. Grotesque. Bises. »

Le Jour-J, la ligne de Macron change catégoriquement. A la Mutualité (Paris), la foule scande : « Macron président ! ». Et il répond : « plus rien n’arrêtera le mouvement de l’espoir. Nous le porterons ensemble jusqu’en 2017 et jusqu’à la victoire ! ». Pour François Hollande, l’arrivée de Macron au pouvoir est due à « un jeu du destin ».

« Quand je me retourne sur mon quinquennat, c’est mon premier regret »

« Si la majorité de gauche avait été unie, et que l’opposition de droite n’avait pas été représentée par un candidat discrédité, il n’y aurait pas eu de place pour l’aventure féérique d’Emmanuel Macron. Son élection doit beaucoup à un jeu du destin et à l’état des forces politiques », réagit-il.

Le livre-bilan de l’ex président continue de défrayer la chronique en France. Les révélations vont bon train. Ce mercredi, le journal L’Obs a publié les 10 regrets de François Hollande. Parmi les dix regrets, figurent :

  1. la déchéance de nationalité. Sur ce sujet, il dira : « j’aurais dû ce jour-là mieux écouter Christiane Taubira ! Quand je me retourne sur mon quinquennat, c’est mon premier regret ».
  2. la Syrie. « Une intervention aurait changé le cours des événements. La France y était prête et je pouvais en décider souverainement grâce à nos institutions. La défection de nos alliés m’en a empêché », regrette-t-il.