Conflit en Syrie : Macron envisage de retirer la Légion d’Honneur à Bachar al-Assad

0
834

Le gouvernement français a annoncé ce lundi 16 avril sa volonté de retirer à Bachar al-Assad sa Légion d’Honneur, une distinction qui lui avait été décernée en 2001 par Jacques Chirac. Cette décision intervient dans un contexte de forte tension entre la Syrie et l’Occident

Vers le retrait de la Légion d’Honneur à Bachar al-Assad ? Deux jours après les frappes militaires qui ont visé la Syrie, la France a décidé de passer à la vitesse supérieure pour sanctionner avec la plus grande fermeté le gouvernement syrien. Paris envisage en effet de retirer la Légion d’Honneur à Bachar al-Assad, actuel président de la Syrie.

L’information a été confirmée ce lundi par l’Elysée. « L’Elysée confirme qu’une procédure disciplinaire de retrait de la Légion d’Honneur à l’endroit de Bachar al-Assad a bien été engagée », a indiqué l’Elysée. Rappelons que cette haute distinction a été attribuée au président syrien en 2001  lorsque Jacques Chirac était président de la France.

« Des armes chimiques ont été utilisées par le régime de Bachar al-Assad »

Cette décision du gouvernement d’Emmanuel Macron intervient au moment où le conflit syrien prend une nouvelle tournure. En effet, il y a plus d’une semaine, une attaque chimique avait visé la localité de Douma, proche de la capitale syrienne. Une attaque attribuée au gouvernement syrien.

Dans une interview accordée à TF1 ce 12 avril 2018, Macron avait d’ailleurs révélé détenir des preuves que le gouvernement d’Assad était bien derrière cet acte criminel qui avait fait des centaines de morts, dont des enfants et des femmes. « (…) Nous avons des preuves que la semaine prochaine des armes chimiques ont été utilisées, au moins du chlore et qu’elles ont été utilisées par le régime de Bachar al-Assad », disait Macron.

L’attaque chimique avait immédiatement suscité une vague de réactions internationales. Aux Etats-Unis comme en Grande-Bretagne, l’affaire avait été prise très au sérieux par les dirigeants politiques. C’est dans ce contexte que des frappes militaires ont visé la Syrie ce samedi 14 avril. D’après l’armée syrienne, 110 missiles ont été lancés contre des bases de l’armée de Bachar, 77% ont été interceptés par l’armée russe.