Guillaume Pepy prévient les cheminots : « à la SNCF, on applique les lois, on ne les fait pas »

0
1893

Guillaume Pepy, président de la SNCF, a été l’invité de RTL ce lundi 28 mai. Plusieurs sujets ont été abordés sur le plateau d’Elisabeth Martichoux, notamment la situation de la SNCF. Il s’est aussi prononcé sur la question de savoir s’il restera à la tête de la SNCF ou s’il quittera son poste tel que l’exigent les mouvements syndicaux

Sur le plateau de RTL, Guillaume Pepy rassure les Français qu’il n’y aura pas de grève cet été. « (…) Personne parmi les Français, je pense, ne supporterait que la grève morde sur les vacances. Et je pense que les cheminots eux-mêmes qui sont des gens responsables n’ont pas du tout envie de gâcher les vacances des Français », explique-t-il.

Le président de la SNCF a commenté les propositions du gouvernement qui préconise de reprendre la dette et d’investir 1 milliard sur 5 ans. A la question de savoir à quoi sert 1 milliard, il répond : « alors, très concrètement, ça va servir par exemple de mettre une signalisation digitale entre Marseille et Nice. Ça veut dire qu’entre Marseille et Nice, il y aurait moins de pannes et plus de trains parce que la signalisation digitale est plus moderne ».

« SNCF réseau va voir sa dette réduite de 35 milliards »

Et d’ajouter : « ça permet de renouveler des centaines et des centaines de kilomètres de voies, dont les rails, les traverses ou l’alimentation électrique (…). Ça permet de ré-agrandir des gares trop petites. Regardez Nantes, regardez Rennes, regardez Toulouse…ce sont des gares sur lesquelles on fait des dizaines de milliers de travaux. Ça permet aussi de mettre à jour tous nos systèmes d’alimentation électrique dans nos gares (…) ».

Guillaume Pepy estime que les cheminots doivent mettre fin à la grève une fois que la loi sera votée au parlement. « Oui, pour deux raisons. La première, c’est que les cheminots sont des Républicains, sont des légitimistes et à la SNCF, on applique les lois et on ne les fait pas. La deuxième raison, c’est qu’il n’y pas que la loi. Il y a les mesures financières énormes qui ont été décidées vendredi dernier. Les chiffres sont impressionnants. SNCF réseau va voir sa dette réduite de 35 milliards (…) ».

« Faire de la SNCF une vraie entreprise, ce n’est pas une question de personne »

A la question de savoir s’il pourra continuer à gouverner la SNCF après la crise, Guillaume Pepy précise : « un autre que moi ou une autre que moi aurait fait exactement la même réforme parce que quand il s’agit de donner le choix aux Français de leurs trains, quand il faut créer un nouveau contrat de travail pour l’après statut, quand il faut faire de la SNCF une vraie entreprise, ce n’est pas une question de personne. N’importe qui d’autre que moi l’aurait fait ».

Sur son sort à la tête de la SNCF, il se veut prudent. « Ce n’est pas moi qui en décide », lance-t-il. A la question de savoir s’il souhaite maintenir son poste jusqu’en 2020, là il est catégorique : « oui », dit-il.

Pour regarder l’interview dans son intégralité, cliquez ici : RTL