Incitation à la haine et antisémitisme : YouTube ferme la chaîne d’Alain Soral

0
766

YouTube a fermé ce mercredi 6 juin 2018 la chaîne de l’essayiste Alain Soral, une chaîne qui comptait jusque-là quelque 100 000 abonnés. La suppression de cette chaîne entre dans le cadre de la lutte contre la haine, l’antisémitisme et le harcèlement menée par les plateformes YouTube et Facebook

La descente aux enfers d’Alain Soral. Le réseau social YouTube vient de fermer la chaîne de l’essayiste Alain Soral, proche d’extrême-droite. La nouvelle a été confirmée par plusieurs médias français, dont Le Monde. Dans la presse, on explique cette décision de la plate-forme américaine s’explique par le fait que le très controversé essayiste français incite à la haine.

Cette nouvelle est un véritable coup de massue pour Alain Soral qui, ces dernières années, a connu un succès fulgurant sur la toile. Pour rappel, en décembre 2017, les pages Facebook de l’essayiste français avaient été supprimées. Facebook justifiait sa décision par le fait que « les organisations et les personnes qui prêchent la haine n’ont pas leur place dans sa plate-forme ».

« Réactions mitigées sur les réseaux sociaux »

La décision de YouTube de fermer la chaîne d’Alain Soral n’est pas passée inaperçue. Sur les réseaux sociaux, la décision a été largement commentée. Les points de vue ont en effet été mitigés. « J’apprends la fermeture du site d’Alain Soral sous prétexte d’incitation à la haine. Mais, la haine, on la trouve surtout chez ceux qui veulent interdire toute liberté de penser et toute liberté d’expression. Luttons contre le Gestapo du politiquement correct », commente un internaute sous le pseudo de Gibert Dispaux.

Ses détracteurs se sont réjouis de la décision de YouTube. « YouTube ferme enfin la chaîne d’Alain Soral. J. Bourbon, H. Ryssen, Génération Identitaire ont récemment fait l’objet, eux aussi, de suppression sur les réseaux sociaux. Fini l’impunité pour tous ces propagateurs de la haine », a réagi l’AJC, importante organisation juive américaine à l’international.