Pape François aux Occidentaux : « arrêtez d’exploiter les ressources naturelles de l’Afrique »

1
591
Pope Francis speaks to the faithful during his general audience in Aula Paolo VI on January 18, 2017 at the Vatican. / AFP PHOTO / ANDREAS SOLARO

Le pape François dénonce, dans une interview accordée à l’agence de presse Reuters, l’exploitation des ressources naturelles de l’Afrique par l’Occident

Le pape François vole au secours de l’Afrique. Dans une interview accordée à l’agence Reuters, le souverain pontife s’est durement attaqué à l’Occident. En effet, il a fustigé l’exploitation des ressources naturelles de l’Afrique par les pays occidentaux. Face à la presse, le Pape François n’y va de main morte.

« Nous devons investir en Afrique, mais de manière ordonnée et créer de l’emploi. Pas aller en Afrique pour exploiter ce continent », dit-il. Dans l’interview accordée à l’agence de presse britannique, le pape François dénonce une série d’injustices faites à l’Afrique et dont l’unique responsable est, selon lui, l’Occident.

« Lorsqu’un pays accorde l’indépendance à un pays africain, tout repart à zéro. Mais, le sous-sol n’est pas indépendant. Et ensuite les gens se plaignent que des Africains affamés viennent ici. Il y a des injustices là-bas », lance-t-il. Les propos du pape interviennent dans un contexte particulier marqué par l’arrivée de plus en plus importante de migrants en provenance d’Afrique vers l’Europe.

« Ces camps de réfugiés sont comme des camps de concentration »

Et le pape  n’a  jamais caché son opinion sur cette question. En avril dernier, s’exprimant sur les camps de réfugiés, le souverain pontife avait tenu des propos qui avaient fait le tour du monde. « Ces camps de réfugiés sont comme des camps de concentration, surpeuplés », dénonçait-il.

La déclaration du pape avait suscité la réaction du comité juif américain qui, dans un communiqué, écrit : « les conditions dans lesquelles les migrants vivent en ce moment dans certains pays européens peuvent être difficiles et méritent une plus grande attention de la communauté internationale, mais ils ne sont certainement pas des camps de concentration ».

1 COMMENTAIRE