Syrie : Etat Islamique annonce la mort de son porte-parole Abou Mohamed al-Adnani

0
211

Le groupe Etat Islamique (EI) a annoncé ce mardi 30 août 2016 la mort du Syrien, Abou Mohamed al-Adnani, porte-parole du groupe et l’un des fondateurs du mouvement terroristes

Le groupe Etat Islamique a annoncé ce mardi, à travers son agence d’information Amaq, que son porte-parole Abou Mohamed al-Adnani a été tué à Alep, dans le nord de la Syrie. « Sheikh Abou Mohamed al-Adnani, le porte-parole de l’Etat Islamique, a été martyrisé alors qu’il examinait les opérations pour repousser la campagne militaire contre Alep », précise Amaq.

L’agence n’a pas voulu fournir davantage de précisions sur les circonstances de la mort de son porte-parole. Selon une source qui s’est confiée au site d’information Alep24, al-Adnani ferait partie d’un groupe d’individus tués par un raid américain qui a visé une voiture dans laquelle se trouvaient des autorités de l’Etat Islamique.

« Le grand homme derrière tout, c’est Abou Mohamed al-Adnani »

L’un des membres fondateurs du groupe Etat Islamique, al-Adnani, syrien âgé de 39 ans, était le chef propagandiste du groupe. Il se distingue par ses appels à s’attaquer aux intérêts américains partout dans le monde. Pour beaucoup, il a été le principal stratège, celui qui gérait les opérations et qui recrutait des partisans de l’EI à l’étranger.

Selon un ex membre du groupe terroriste, aujourd’hui en prison en Allemagne, al-Adnani a été la personne chargée de coordonner les réunions mensuelles pour promouvoir la propagande dans les champs de bataille. « Le grand homme derrière tout, c’est Abou Mohamed al-Adnani », avait confié Harry Sarfo, ex membre de l’Etat Islamique.

« Non, la défaite, c’est perdre la volonté et le désir de combattre »

Il convient de souligner que l’assassinat d’al-Adnan témoigne de la faiblesse du groupe qui perd de plus en plus de terrain en Syrie et en Irak. En Syrie, les milices kurdes et arabes soutenues par la Turquie et les Etats-Unis ont pris le contrôle de la province d’Alep. Le groupe terroriste est expulsé des frontières et des zones d’approvisionnement en armements.

Toutefois, ces pertes de zones stratégiques ne dissuadent pas le groupe dans sa volonté inébranlable de tenir tête à l’Occident. En Mai dernier, al-Adnani avait déclaré : « tu penses, l’Amérique, que la défaite c’est par la perte de villes ou de territoire ? Avons-nous été vaincus lorsque nous avions perdu des villes en Irak et contraints à retourner dans le désert ? Non, la défaite, c’est perdre la volonté et le désir de combattre ».

Les Etats-Unis avaient mis sa tête à prix pour 5 millions de dollars.