Théorie du complot : Facebook avoue par erreur que les attentats du 11 septembre ont été créés

0
427

Facebook a été confronté à un grave problème ce vendredi 09 septembre 2016 après avoir publié par erreur un article d’un tabloïd britannique qui défend l’idée que les attentats du 11 septembre 2001 ont été préparés par le gouvernement américain

Facebook a publié dans son Trending News une histoire du Tabloïd britannique Daily Star qui souligne que les attentats du 11 septembre 2001 étaient perpétrés par le gouvernement américain. Un article du tabloïd britannique intitulé « 11 septembre : la vidéo qui montre que des bombes étaient placées dans les deux tours jumelles » a suscité l’intérêt des internautes.

L’article a fait le buzz sur internet et a suscité l’intérêt particulier des internautes sur les réseaux sociaux. Dans l’article, Daily Star y développe la fameuse théorie du complot, citant « la position de nombreux experts qui disent disposer de preuves que les deux tours se sont effondrées grâce une démolition contrôlée ».

Ces arguments sont très répandus parmi les gens qui défendent l’idée d’une conspiration sur les attentats du 11 septembre. L’article a immédiatement disparu de la section de Trending News après que le journal Washington Post a contacté Facebook pour obtenir des explications sur cette affaire. De source proche, l’article a été enlevé par Facebook aux environs de 8h du matin.

Facebook

« Nous avons été informés qu’un canular a été publié sur Facebook »

Facebook a alors tenté de justifier cette erreur gigantesque. Dans un mail adressé aux abonnés, les représentants de Facebook écrivent : « nous avons été informés qu’un canular a été publié  sur Facebook et nous l’avons supprimé afin de régler le problème ». L’article du Daily Star apparaît en un moment où les Etats-Unis s’apprêtent à honorer les quelque 3 000 victimes du 11 septembre.

La bourde est la dernière de Facebook depuis qu’il est passé à des Trending News entièrement gérés par des algorithmes afin d’éviter le plus possible toute intervention humaine sur des questions sensibles. Cette décision de confier les Trending News à un algorithme intervient suite aux nombreuses critiques qui accusent Facebook de parti pris sur certains sujets.