Etats-Unis : ce professeur avait prédit la victoire de Trump, il vient de prédire sa destitution

0
501

A moins d’une semaine après la victoire de Donald Trump, un professeur américain vivant à Washington vient de prédire sa destitution

Il avait prédit la victoire de Donald Trump. Maintenant, il prédit sa destitution. Un professeur américain basé à Washington qui avait prédit avec précision en septembre dernier la victoire de Trump pour la présidentielle américaine de 2016 vient de prédire la destitution de ce dernier.

Allan Lichtman utilise un système basé sur ce qu’il appelle les « clés » pour prédire les résultats des élections. Les clés sont expliquées en détails dans son livre intitulé : « Prédire le futur président : les clés vers la Maison Blanche 2016 ». Interrogé par le Washington Post, Lichtman avait expliqué comment le second mandat de Barack Obama allait compliquer les choses pour les Démocrates.

« Ils ne peuvent pas le contrôler »

Il ne s’arrête pas à cette seule prédiction. Si élu, Donald Trump serait probablement destitué par un Congrès Républicain qui préférerait Mike Pence au milliardaire américain, avait-il ajouté. Un homme (Pence) que l’establishment connaît et en qui il a beaucoup de confiance. Allan Lichtman explique les choses en ces termes.

« Je vais livrer une autre prédiction », disait-il. « Celle-ci n’est pas basée sur un système ; c’est juste mon audace. Ils ne veulent pas de Trump comme Président parce qu’ils ne peuvent pas le contrôler. Il est imprévisible. Ils voudraient avoir Pence, un conservateur républicain tout à fait contrôlable ».

« Les statisticiens appellent sa méthode ‘overfitting’ »

Allan Lichtman continue : « et je suis certain que Trump donnera a quelqu’un les raisons pour mettre en place cet impeachment, soit en faisant quelque chose qui met en danger la sécurité nationale ou en sauvant son portefeuille ». Les prédictions de Lichtman utilisent des méthodes différentes des instituts de sondage.

Des statisticiens ont soulevé des questions concernant la structure de son système, qui implique une série de 13 questions Vrai/Faux. D’après les statisticiens, la nature binaire de ces clés mène à ce qu’ils appellent « overfitting » (surcharge). Ceci mène à la création d’un système qui entre dans les données, mais qui a très peu d’intérêt statistique.

« Nate Silver n’est qu’un employé de bureau, pas un analyste scientifique »

Allan Lichtman défend son système, soulignant qu’il prédit avec exactitude des élections présidentielles américaines depuis 1984. Il a même critiqué les prédictions fondées sur des bases de données. « Les sondages ne sont pas des prédicteurs », dit-il. « Ce sont des arrêts sur image qui stimulent une élection. Ils sont mal utilisés comme prédicteurs ».

Allan Lichtman poursuit : « même les sondages menés par Nate Silver et les autres qui avaient prédit une victoire probable de Clinton de 70% à 99% sont certainement de simples compilations qui ne sont pas meilleures que les vrais sondages. Malgré toutes les louanges qu’on peut lui faire, Nate Silver n’est qu’un employé de bureau, pas un analyste scientifique ».