Un échange téléphonique entre Trump et la présidente de Taiwan met la Chine en colère

0
511

Un échange téléphonique ce vendredi 2 décembre 2016 entre Donald Trump et Tsai Ing-wen, Présidente du Taiwan, a suscité la colère de la Chine

Le coup de fil de Trop ? Un échange téléphonique entre Donald Trump et la Présidente du Taiwan, Tsai Ing-wen, a provoqué un raz-de-marée diplomatique. La présidence taiwanaise a en effet confirmé avoir appelé Donald Trump pour le féliciter de sa victoire à l’élection présidentielle. Selon TaiwanNews, l’appel a été émis par les autorités de Taipei.

L’appel a plus tard été confirmé par l’équipe de Donald Trump qui ajoute dans un communiqué : « lors de la conversation, ils ont noté les liens politiques, économiques et sécuritaires qui existent entre Taiwan et les Etats-Unis. Le Président Trump a aussi félicité la Présidente de Taiwan d’avoir été élue en début d’année ».

« Subterfuge insignifiant »

Le site taiwanais, Focus Taiwan, qui a cité une source présidentielle taiwanaise, souligne que les deux chefs d’Etat ont parlé d’économie et de défense. Focus Taiwan ajoute que dans la conversation qui a duré 10 minutes, la présidente Tsai a demandé le soutien des Etats-Unis pour que son pays puisse prendre part à des événements internationaux.

Face à la presse, les autorités taiwanaises ont souligné l’importance de maintenir des liens avec la Chine et les Etats-Unis. « En ce qui concerne le Taiwan, de bonnes relations à travers le détroit de Taiwan et de bonnes relations avec les Etats-Unis sont toutes deux importantes et les deux permettent d’assurer la paix et la stabilité dans la région », a résumé Alex Huang, porte-parole du gouvernement taiwanais.

L’échange téléphonique a immédiatement provoqué la colère de la Chine. Ce samedi, Wang Yi, ministre des Affaires étrangères de la Chine, a parlé de « subterfuge insignifiant » de la part des autorités taiwanaises. Pour Wang Yi, cet appel téléphone ne changera pas le consensus concernant la politique d’une Chine unie, tel que définie par la communauté internationale.

« La Maison Blanche se sent gênée »

Dans les médias chinois, l’on évoque le rôle très important joué par un certain Edwin Feulner, fondateur de Heritage Foundation, basé à Washington. Selon le South China Morning Post, Edwin Feulner, qui avait rencontré la présidente Tsai à Taipei en octobre, a rejoint l’équipe de Donald Trump en août.

Entre-temps, l’échange suscite la gêne des autorités de la Maison Blanche et des spécialistes des relations sino-américaines qui ont critiqué Trump « d’entretenir des échanges téléphoniques avec les leaders du monde sans prendre en compte les implications que cela pourrait avoir », s’est plaint Bonnie Glaser, spécialiste de l’Asie pour le Centre des Etudes Stratégiques et Internationales.