Etats-Unis : guerre interne dans l’administration Trump au sujet de la Russie

0
648
US President-elect Doanld Trump poses for a photo with US Marines General (Ret.) James Mattis James Mattis and Vice President-elect Mike Pence on the steps of the clubhouse at Trump National Golf Club November 19, 2016 in Bedminster, New Jersey. / AFP / Don EMMERT (Photo credit should read DON EMMERT/AFP/Getty Images)

Au moment où Trump tente de se rapprocher de la Russie, les ministres de son gouvernement affûtent leurs discours pour s’attaquer à Poutine. Ce jeudi, le Secrétaire américaine à la Défense a considéré la Russie comme une menace, tandis que le Secrétaire d’Etat appelle les forces russes à se retirer de l’Ukraine

Un coup de massue pour Donald Trump ? Alors que le nouveau président américain cherche un rapprochement avec la Russie de Poutine, dans son propre camp, cette politique de rapprochement est vue d’un mauvais œil. Ce jeudi, c’est le secrétaire à la défense, James Mattis, qui s’est durement attaqué à la Russie.

Ce jeudi, en s’adressant aux membres de l’OTAN à Bruxelles, James Mattis a en effet évoqué une série de menaces auxquelles fait face l’OTAN. Parmi les menaces, le secrétaire américain à la défense parle de la montée en puissance du terrorisme venant de l’Afrique du Nord et « les actions agressives de la Russie de violer le droit international et de le déstabiliser ».

« Il y a très peu de doutes qu’ils ont interféré dans les élections des démocraties »

Sur les accusations que la Russie s’est immiscée dans les élections américaines, James Mattis dira : « il y a très peu de doutes qu’ils ont soit interféré ou tenté d’interférer dans les élections des démocraties ». Réagissant aux propos du ministre russe de la défense qui a demandé aux Etats-Unis de ne pas tenter de négocier en position de force, Mattis dira : « je n’ai pas besoin de faire de commentaires là-dessus. L’OTAN se tient debout face à toute force militaire ».

Les propos de James Mattis interviennent au moment le Secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson, demande à la Russie d’honorer ses engagements pris lors de la signature de l’accord de Minsk et de se retirer de l’Ukraine. Les déclarations de Rex Tillerson ont été prononcées lors de son déplacement en Allemagne ce jeudi.

« Je sais que politiquement m’entendre avec la Russie n’est pas bon pour moi »

Pendant ce temps, le timonier, Donald Trump, tente toujours d’apaiser les esprits. S’adressant à la presse ce vendredi, le président américain dira aux journalistes : « demain vous allez dire : ‘Donald Trump veut s’entendre avec la Russie, c’est terrible’, ce n’est pas terrible, c’est bien ».

Il ajoutera : « je sais que politiquement m’entendre avec la Russie n’est pas bon pour moi…La meilleure chose que je devrais faire est d’ouvrir le feu sur ce bateau qui se trouve à 30 kilomètres aux larges de nos côtes et tout le monde dans ce pays dira : ‘oh, c’est formidable’ ; ce n’est pas bien ».

« Et c’est honteux »

Donald Trump fustige les mensonges de la presse et mise sur un rapprochement entre les Etats-Unis et la Russie. « Je veux vous dire, les fausses informations des médias, vous les journalistes, les informations fausses, horribles rendent plus difficile tout accord avec la Russie. Et peut-être Poutine va dire : ‘cela va être impossible pour le président Trump de s’entendre avec la Russie à cause de toute cette pression provenant des fausses informations. OK ? Et c’est honteux », lance-t-il.

Rappelons que la volonté de Donald Trump de tendre la main à Russie pour faire face aux grands défis qui frappent le monde n’a jamais été bien accueillie par l’establishment américain et la CIA. A qui profitera la division au sein du camp de Trump sur le sujet de la Russie ? Pour le moment difficile de trouver une réponse. L’avenir nous en dira un peu plus.