Ministre israélienne de la Justice : « annexer la Cisjordanie serait la fin de l’Etat juif »

2
7294

La ministre israélienne de la Justice s’est prononcée ce jeudi 16 février 2017 sur la volonté du gouvernement de Benjamin Netanyahou d’annexer des terres en Cisjordanie. Aleyet Shaked estime en effet que cette politique d’annexion de terres palestiniennes marquerait le début de la fin de l’Etat d’Israël

La colonisation juive en Cisjordanie divise la classe politique israélienne. Après l’indignation du président israélien Reuven Rivlin qui a dénoncé cette politique il y a quelques jours, c’est autour d’un membre du gouvernement de Netanyahou de tirer la sonnette d’alarme. La ministre israélienne de la Justice, Aleyet Shaked s’est en effet prononcée sur ce sujet scabreux.

Invité ce jeudi à la Radio 101.5FM, la ministre israélienne de la Justice fait part de son opposition à cette politique. Dans son interview, la ministre dit soutenir la position de l’opposition israélienne qui, depuis plusieurs jours, condamne une éventuelle annexion de la Cisjordanie, tel qu’évoqué par le parti Likoud de Benjamin Netanyahou.

« L’annexion des terres de la Judée-Samarie conduira à la fin de l’Etat juif »

Aleyet Shaked dira : « je suis d’accord avec Herzog (opposant) que l’annexion des terres de la Judée-Samarie est quelque chose qui conduira à la fin de l’Etat juif et ce n’est certainement pas quelque chose qui fait l’unanimité ». Toutefois, la ministre trouve nécessaire que l’Etat d’Israël annexe « la zone C, où il y a 450 000 Juifs et 90 000 Arabes ».

Elle dira : « l’Etat peut en effet octroyer la nationalité aux 90 000 Arabes et les zones A et B devrait faire partie de la confédération régionale ». Dans une de ses déclarations reprises par Jerusalem Post, la ministre israélienne de la Justice suggère qu’Israël ne devrait pas prendre l’initiative de s’occuper tout seul de l’annexion des territoires de la Cisjordanie.

Il est important de rappeler qu’Aleyet Shaked n’est pas la seule autorité israélienne à s’opposer au projet du gouvernement israélien d’annexer des terres appartenant à des Palestiniens. Ce 12 février, c’est le président israélien, Reuven Rivlin, qui avait fait entendre sa voix sur cette question.

« Reuven Rivlin s’oppose catégoriquement à l’annexion de terres palestiniennes »

« Israël a adopté le droit international. Le droit international n’autorise pas à un pays qui s’y conforme d’appliquer ses lois sur des territoires qui ne sont pas sous son autorité. Si tel est le cas, c’est alors une cacophonie légale. Israël serait perçu comme un Etat qui applique la politique de l’Apartheid, ce qu’il n’est pas », avait déclaré le président israélien.

Parlant d’une loi passée au parlement israélien le 6 février pour annexer les terres palestiniennes, Reuven Rivlin avait ajouté : « il n’y a pas de question. Le gouvernement d’Israël n’est tout simplement pas autorisé à appliquer les lois de la Knesset sur des territoires qui ne sont pas sous la souveraineté de l’Etat israélien ».

2 Commentaires