Etats-Unis : Trump accuse Obama d’être derrière les mouvements anti-Trump

0
797

Dans une interview accordée à Fox News et diffusée ce lundi soir, Donald Trump, président des Etats-Unis, a ouvertement accusé son prédécesseur Barack Obama d’être derrière les manifestations anti-Trump qui secouent les Etats-Unis depuis la victoire du milliardaire américain aux élections présidentielles américaines du 8 novembre 2016

Donald Trump s’en prend ouvertement à Barack Obama. Dans une interview accordée à Fox News cette semaine, le président américain a fait savoir que Barack Obama est à l’origine des vagues de manifestations contre le parti républicain ces derniers mois. Dans l’interview, Trump n’a pas mâché ses mots.

« Non, je pense qu’il est derrière. Je pense que c’est aussi de la politique. C’est comme ça que ça se passe », répond Trump. Et d’ajouter : « on ne sait jamais ce qui passe dans les coulisses. On a peut-être raison ou pas, mais on ne sait jamais ». Il reprend de plus belle ses attaques contre Barack Obama.

« Je pense que Barack Obama est derrière tout cela »

« Je pense que Barack Obama est derrière tout cela car ses gens sont sûrement derrière cela. Et certains des fuites viennent certainement de ce groupe ». Parlant des fuites, il dira : « elles sont très graves parce qu’elles sont très mauvaises en termes de sécurité nationale. Mais, je comprends que c’est de la politique. (…) Et ça va continuer ».

Dans son interview, le président américain n’a cité aucune preuve que Barack Obama et le parti démocrate sont derrière les manifestations anti-Trump qui gagnent du terrain dans le pays. Rappelons qu’un extrait de cette interview exclusive a été publié par Fox News ce lundi soir.

« Des manifestants financés par des milliardaires »

Il convient de souligner que depuis la victoire de Trump, de nombreuses manifestations sont organisées un peu partout aux Etats-Unis pour protester contre le milliardaire que certains traitent de raciste et de xénophobe. D’après CNN, de nombreux groupes dont Organizing For Action, SEIU ou encore Moveon.org travaillent main dans la main avec des manifestants.

D’ailleurs, le milliardaire George Soros, membre du parti démocrate, est accusé de financer quelques-uns de ces mouvements à plusieurs dizaines de milliers de dollars. Le 6 février, Lecourrier-du-soir.com avait en effet révélé que le milliardaire Soros avait financé le mouvement « Refuse Fascism » à hauteur de 50 000 dollars.

Pour rappel, le 1er février 2017, « Refuse Fascism » avait organisé une violente émeute à l’Université de Berkeley en Californie en signe de protestation contre la visite Milo Yiannopoulos, journaliste britannique et farouche partisan de Donald Trump.