« Cabinet noir » à l’Elysée : en guerre contre la gauche, Fillon braque son arme sur Hollande

0
1404

Lors de son apparition sur le plateau de l’Emission Politique de France 2 ce jeudi 23 mars, François Fillon a encore fait parler de lui, en accusant François Hollande d’avoir mis en place un « cabinet noir » à l’Elysée. Des accusations niées par l’Elysée qui dénonce des « allégations mensongères »

Entre François Fillon et François Hollande, le torchon brûle. Tout part d’une interview que Français Fillon a accordée à l’Emission Politique ce jeudi 23 mars au soir. Face à David Pujadas, le chef de file des LR tire sur le président français et l’accuse d’avoir organisé un « cabinet noir » au sein de l’Elysée.

« Vous avez aujourd’hui des journaux qui reçoivent des documents 48 heures après qu’ils aient été saisis dans des perquisitions, par exemple dans mon bureau à l’Assemblée Nationale. Qui leur donne ces documents ? », se demande Fillon. Et de répondre : « les services de l’Etat. Et vous pensez que les services de l’Etat le font sans être couverts par leur hiérarchie ? ».

« On cherchait un cabinet noir, on l’a trouvé le cabinet noir »

David Pujadas lui coupe la parole et enchaîne avec une nouvelle question : « les politiques ou la justice, d’après vous ? ». Fillon reprend : « je vais aller beaucoup plus loin M. Pujadas. Je vais mettre en cause le président de la République. Il y a un livre qui sort ces jours-ci dont j’ai pu lire les bonnes feuilles comme plusieurs d’entre vous qui a été écrit par des journalistes qui sont très loin d’être mes amis parce que deux d’entre eux sont des journalistes du Canard Enchaîné, un livre sur le ministère de l’Intérieur et la Place Beauvau qui, en 240 pages, explique comment François Hollande fait remonter toutes les écoutes judiciaires qui l’intéressent à son bureau ».

François Fillon continue : « ce qui est une illégalité totale. Comment il est branché directement sur Bercy, sur des informations qui lui sont apportées en permanence. Comment il est au courant des moindres faits, des moindres filatures y compris concernant son ancien premier ministre, Manuel Valls. On cherchait un cabinet noir, on l’a trouvé le cabinet noir, en tout cas, à travers ces allégations ».

« Je demande qu’il y ait une enquête ouverte sur les allégations »

« Moi ce soir, solennellement, je demande qu’il y ait une enquête ouverte sur les allégations qui sont portées dans ce livre parce que c’est un scandale d’Etat. Si ce qui est écrit dans ce livre est vrai, je pense que dans l’histoire récente de la 5ème République, un chef d’Etat n’est jamais allé aussi loin dans l’illégalité, la prise de pouvoir sur des services sur lesquels il ne devrait pas avoir autorité ».

Pujadas reprend : « c’est une accusation grave ». Fillon acquiesce de la tête. « C’est une accusation grave, un scandale d’Etat. Il faut que ces allégations soient vérifiées et quand je vois qu’en deux heures, on a ouvert une enquête sur l’emploi de ma femme, je pense qu’en quelques jours, on peut ouvrir une enquête sur un livre qui accuse gravement le chef de l’Etat ».

« Dans le bouquin, on ne raconte pas du tout ce que disait M. Fillon »

Sur le plateau de l’Emission Politique, François Fillon faisait en effet référence au livre « Bienvenu Place Bauvau », un livre écrit par des journalistes du Canard Enchaîné qui accuse le président français de s’être servi d’un cabinet noir pour détruire ses adversaires. Aussitôt après le passage de Fillon sur France 2, un des co-auteurs du livre a immédiatement nié les accusations du chef de file des LR.

« Dans le bouquin, on ne raconte pas du tout ce que disait M. Fillon. Je vais vous lire si vous voulez bien un extrait de ce livre, ce sera plus simple. Page 23 et 24 : ‘le retour aux affaires de ces chiraquiens nourrit bien évidemment le soupçon sarkozyste de l’existence d’un cabinet noir. Il n’est pas possible d’en apporter la preuve formelle comme il n’est pas possible de prouver le contraire’ », a réagi sur BFMTV Didier Hassoux, co-auteur du livre qui, par ailleurs, reproche à Fillon de vouloir continuer à faire campagne.

« L’exécutif n’est jamais intervenu dans aucune procédure judiciaire »

Les allégations de François Fillon ont également suscité la réaction de l’Elysée qui, dans un communiqué de presse publié ce jeudi soir, « condamne avec la plus grande fermeté les allégations mensongères de Fillon ». « L’exécutif n’est jamais intervenu dans aucune procédure judiciaire », précise le communiqué.

A moins d’un mois de la présidentielle, le candidat Fillon cherche-t-il par tous les moyens de résister à la forte pression qui pèse lui quitte à s’attaquer au président français ? A un mois d’une présidentielle capitale pour la France, le candidat des LR est de plus en plus isolé, aussi bien par les médias que par les partis politiques. D’ailleurs, il y a deux jours, le PS avait demandé le retrait de sa candidature.