Qui finance le terrorisme ? : les Etats-Unis accusent l’Iran, Téhéran se fâche et riposte

0
5401

En déplacement à Londres ce vendredi 31 mars, James Mattis, secrétaire américain à la défense, a déclaré que l’Iran est le principal sponsor du terrorisme. Des accusations rejetées en bloc par la République Islamique qui a réagi ce samedi 1er avril

Une provocation ? James Mattis, actuel secrétaire américain à la Défense, a provoqué la colère de la République Islamique d’Iran ce vendredi, en déclarant que l’Iran est le principal sponsor du terrorisme. Une déclaration très mal digérée par Téhéran qui a immédiatement réagi aux propos de Mattis.

Les propos de James Mattis ont en effet été prononcés lors de son séjour qui l’a mené ce vendredi à Londres. En marge d’une conférence de presse avec son homologue britannique, Michael Fallon, ministre de la Défense, James Mattis ne tergiverse pas. Il s’attaque violemment à l’Iran.

« Ce fut le premier Etat à financer le terrorisme »

« Au moment où je parlais de l’Iran, j’étais un commandant au commandement central américain. L’Iran est le premier exportateur du terrorisme. Franchement, ce fut le premier Etat à financer le terrorisme et il continue ce genre de comportement jusqu’à maintenant », dit-il.

Réponse du berger à la bergère. Les allégations de James Mattis aussitôt faites, l’Iran n’a pas hésité à réagir. Bassem Qassemi, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, a déclaré ce samedi : « nous devons rappeler à cette autorité américaine qu’il ne doit pas donner la mauvaise adresse concernant les racines et les sources du terrorisme ».

Lors de sa visite à Londres, James Mattis a également évoqué la question nord-coréenne. Il estime en effet que le régime de Pyongyang doit être arrêté. « Nous travaillons sur le plan diplomatique avec ceux qui pourraient aider à mettre la Corée du Nord sous contrôle. Mais, en ce moment, les choses semblent évoluer de manière dangereuse. Ceci doit être arrêté », dit-il.

« Tension diplomatique entre l’Iran et les Etats-Unis »

Il est important de souligner que les relations entre l’administration Trump et l’Iran ne sont pas au beau fixe. Le président américain, Donald Trump, s’est fermement opposé à l’accord nucléaire signé en 2015 entre l’Iran et le groupe des 5+1, un accord que Trump avait promis de « déchirer » une fois élu président des Etats-Unis.

Pour briser l’influence de l’Iran au Moyen-Orient, les Etats-Unis ont d’ailleurs commencé à fournir d’importants armements militaires à des pays du Golfe. De source médiatique, Washington envisage de signer des contrats de vente d’armes à l’Arabie Saoudite, à la suite de la rencontre très fructueuse entre Trump et le Prince Saoudien, Mohamed Ben Salman.