Financement de la présidentielle : des dirigeants africains ont courtisé Macron et Le Pen

0
1962

Interrogé sur le plateau de CNews, Robert Bourgi, le Monsieur Afrique de la politique française, a révélé que certains dirigeants africains ont approché Emmanuel Macron et Marine Le Pen

Invité sur CNews ce mercredi 3 mai 2017, Robert Bourgi, qui n’est pas un inconnu sur le continent africain, est revenu sur les fameuses mallettes d’argent envoyées depuis l’Afrique par des présidents africains et qui doivent servir à financer les campagnes présidentielles françaises.

Interrogé par le journaliste Jean-Pierre Elkabbach qui lui demande si un jour un homme politique français lui a dit non concernant ces fonds obscurs en provenance d’Afrique, Pierre Bourgi rétorque : « oui. Un seul ». Le journaliste enchaîne : « qui ? ». Et Robert Bourgi poursuit : « Raymond Barre. En février 1988 ».

« Ceux qui sont présents au second tour sont courtisés par des dirigeants africains »

Sur la question de savoir si les pratiques françafrique ont terminé, Robert Bourgi répond : « depuis 2007, je ne suis ni acteur, ni témoin de ces pratiques. Mais, les dirigeants africains restent les mêmes, les dirigeants arabes restent les mêmes avec leurs habitudes et leurs coutumes. Cela ne m’étonnerait pas que ces pratiques continuent aujourd’hui encore ».

Il poursuit : « on dit que la Françafrique est morte, mais elle est plus vivante que jamais aujourd’hui ». Le journaliste reprend : « les mallettes continuent ou continueraient ? ». Robert Bourgi enchaîne : « je pense que ces pratiques continuent, mais je ne suis ni acteur, ni témoin ».

A la question de Jean-Pierre Elkabbach de savoir qui sont les généreux donateurs et qui en sont les bénéficiaires, l’homme de la Françafrique tente de faire une pirouette. « Ceux qui sont en tête des sondages, ceux qui sont présents au second tour sont courtisés actuellement par les dirigeants africains, certains dirigeants africains ».

« Marine Le Pen approchée par des dirigeants d’Afrique Centrale »

Le journaliste tente de le piéger. « Emmanuel Macron ? », lui demande-t-il. « Je sais qu’il a opposé un véto immédiat à ces offres. », répond Bourgi. L’avocat confirme également que Marine Le Pen a été approchée par certains dirigeants africains d’Afrique Centrale. Toutefois, Robert Bourgi refuse catégoriquement de fournir davantage de pistes sur cette révélation.

Cette révélation intervient à quatre jours de la présidentielle. D’ailleurs, ce mardi, Louis Aliot, vice-président du Front National, avait accordé une interview à la Radio France Internationale (RFI) dans laquelle il promettait la fin de la Françafrique si jamais Marine Le Pen remporte la présidentielle française.